Louis Grivot dit Horace (1941-2021), photographe

Mis à jour le 30 avril 2021 par Redaction

Decazeville aout 2020 – Louis Grivot dit Horace  – (c) Photo Philippe Cibille

Louis Grivot dit Horace (France, Bouche-du-Rhône, Martigue 3 mars 1941 – Lot, Figeac, 20 avril 2021), est un photographe français connu pour sa couverture de mai 68 et ses photographies de jazzmen.

A 13 ans, il fait ses premières images avec la fameuse boite Kodak et achète à 19 ans son premier boitier professionnel avant d’acquérir en 1967 son premier Pentax Spotmatic. Entretemps, il travaille comme assistant et photographe de plateau pour les Productions Navarra, l’occasion de côtoyer Raoul Coutard[1] et de profiter de ses conseils de cadrage. Première exposition en 1965 à la Galerie des Jeunes à Paris, puis collabore avec Claude Delcloo fondateur en 1967 de Jazz-Fanzine Actuel ancêtre du magazine Actuel de Jean-François Bizot[2].

Il pige alors, entre autres, pour The Paris Review, Jazz Magazine, Les Lettres Françaises, Les Nouvelles Littéraires, L’Express, Le Figaro Littéraire, Vogue, Candide, Clair Foyer, Le Spectacle du Monde, Le Nouvel Observateur, Aux Ecoutes, L’Evènement etc.

Il couvre largement le mouvement de mai 68 et, L’Express l’envoie photographier le festival de l’île de Wight, un festival de musique pop et rock au cours duquel il réalisera une étonnante photographie de Jimi Hendrix due à un incident de laboratoire. En 1969, il photographie le Festival panafricain d’Alger (Panaf) pour le compte de L’Express et du Black Panther Party (BPP) !

En 1971, avec Gérard-Aimé ils créent une école de photographie destinée aux militants et sympathisants d’extrême-gauche, financée par la Fondation Stein. A l’issue de cette expérience, il fonde en 1971 avec Gérard-Aimé, Danielle Guardiola, Michel Puech, Jean-Pierre Pappis le Boojum Consort, un collectif de photographes.

En 1975, attiré par les techniques audiovisuelles, il crée un montage de diapositives et une exposition « Sois jeune et tais-toi » pour la Maison de la Culture d’Amiens. Il enchaîne sur la création de « Bird is free », une commande de la Bibliothèque discothèque de Massy. C’est un montage audiovisuel sur l’histoire musicale de Charlie Parker au Free Jazz dans le contexte social des années 1940 à 1975, qu’il réalise avec la collaboration de Philippe Carles[3], Francis Marmande[4] et Thierry Trombert. « Bird is free » sera projeté de 1976 à 2010 dans de nombreux festivals.  Pour la Discothèque de France il va réaliser, avec la collaboration de Philippe Carles, une exposition de 200 photos « Villes du Jazz, Jazz des Villes » qui retrace l’évolution du jazz de New York à Berlin.

Horace poursuit ses collaborations auxquelles il ajoute Plexus, Actuel, Jazz Hot, Rock & Folk, Tout, Révolution, Son Magazine, L’Idiot International, Rouge, Politique Hebdo, Rock Genius, Jeune Afrique, Libération, Pif, Tribune Socialiste, Télérama, Charlie Hebdo, Témoignage Chrétien, Playboy, Elle, Le Monde de la Musique, Le Quotidien de Paris etc.

Il collabore également à de nombreuses maisons d’édition (Marabout, Pierre Belfond, Gallimard, Robert Lafont, Filipacchi, Bordas, Larousse etc.)

En 1985, il crée un service télématique « Music line » dédié aux professionnels de la musique suivi d’un montage audiovisuel « Transports en commun » utilisant 400 photographies de graffitis réalisés dans le métro. Retour à la musique pour un montage « Jazz marathon » qui réunit huit musiciens avec leurs huit instruments différents. Passionné par l’informatique il écrit un logiciel « ROM & HO » pour gérer son fonds photographique, puis son site web sur Internet. Retiré dans le Morvan, il organise, anime et participe à des stages de photo pour diverses organisations.

Horace a collaboré à plusieurs agences photographiques : Gamma, Galliphot, Rapho, Dalle et actuellement la SAIF images.

Son fonds photographique est très important. Il couvre les champs de la culture (Musique, théâtre, danse), de la politique et société. Ses deux points forts sont les musiciens de jazz et une impressionnante collection de graffitis. L’ensemble représente environ 200 000 négatifs N&B, 8000 diapositives et plus de 12 000 épreuves dont il souhaite faire don à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP) aux côtéx des archives de Gérard-Aimé et de l’agence Fotolib.

Horace vivait à Decazeville en Aveyron, il est décédé le 20 avril 2021 à Figeac (Lot).

Tous nos article concernant Horace

Son site pour voir ses photos : http://horace.photos.free.fr/

Hommages

Notes

[1] Raoul Coutard (Paris, 16 septembre 1924 – Labenne (Landes) 8 novembre 2016), est un directeur de la photographie et réalisateur français, lié au mouvement de la Nouvelle Vague du cinéma français.

[2] Jean-François Bizot (Paris, 19 août 1944 – Paris, 8 septembre 2007), est un journaliste connu pour avoir dirigé Actuel et Radio Nova.

[3] Philippe Carles (Alger, 2 mars 1941), est un journaliste, rédacteur en chef de Jazz Magazine.

[4] Francis Marmande (Bayonne 10 janvier 1945) est un journaliste, écrivain, critique littéraire, et musicien de jazz.

 

Tous nos article conceernant HORACE

Son site : http://horace.photos.free.fr/