Fotolib, chronologie

Mis à jour le 24 avril 2021 par RedactionQuelques éléments pour la chronologie de l’agence de presse Fotolib

16 et 18 Juillet 1973 – Réunions de photographes de l’APL, du Boojum Consort et du service photo de Libération pour la création d’une agence de presse photographique.

9 octobre 1973 – Création de la SCOP Fotolib agence de presse

1er février 1974 – Le conseil d’admnistration autorise le PDG de Fotolib à souscrire unemprunt de 30 000 Francs auprès de Me Vialfond. Emprunt garantie par la caution personnelle de Gérard-Aimé PDG et Michel Puech DG.

2 avril 1974 – Mort de Georges Pompidou. Ce décès ouvre une crise au sein de l’agence entre ceux qui sont pour “couvrir” l’évènement et ceux qui s’y opposent au nom de la “ligne politique”

14 juin 1974 – Publication dans Libération de deux tribunes concernant “la crise à Fotolib”.

13 novembre 1974 – Démission de Michel Puech de la direction de l’agence et de la coopérative.

18 octobre 1975 – Attentat au siège de l’agence: menace armée contre deux collaborateurs, vol, pillage et tentative d’incendie des archives photographique.

15 novembre 1980 [1] – Liquidation de la SOP Fotolib

En 1980, à la suite de la liquidation de la SCOP, Fotolib cède à La Compagnie des reporters SARL « les droits et les créances suivants : 1/ Le droit d’utiliser sa dénomination sociale ; 2/ Les créances de FOTOLIB, non encore facturées, en règlement des droits de reproduction dûs à Fotolib en raison de la parution de photos pour lesquelles elle détient les dits droits dans la presse, comme toute utilisation de photos dont elle détient les droits par tout utilisateur,et qui n’ont pas été portées à la connaissance de Fotolib par lesdits utilisateurs ; 3/ Les droits créés par l’utilisation des tirages laissés en dépôt chez les utilisateurs potentiels, ainsi qu’il est d’usage dans les agences de presse photographiques ; et utilisés à l’avenir avec ou sans la mention “Fotolib”; 4/ Les droits de reproduction auxquels Fotolib pourrait prétendre pour I ‘utilisation de ces tirages partir de ce jour.[1] »

A la suite du décès de Gérard-Aimé le 11 mai 2018, ses archives photographiques ainsi que celles qu’il a sauvegardées (APL, Fotolib, Mag Press) ont été confiées à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP)

« Constitué d’environ 30 000 tirages et 6 000 négatifs, le fonds d’archives Fotolib n’a jamais été exploité. En plus des archives administratives et photographiques de Fotolib, il comporte des documents et des photographies de l’Agence de Presse Libération et du Boojum Consort. Ce fonds d’archives a été pris en charge par le beau-frère de Gérard-Aimé, Pierre Lemardeley et par ses amis, Michel Puech et Danielle Guardiola, qui ont tous deux fait partie du Boojum Consort et de l’agence Fotolib. D’un commun accord, le fonds a été déposé le 4 juillet 2018, au département des Photographies de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris sous la direction de Bérengère De L’Epine, conservatrice.[2] »

 

Notes

[1] Rapport général de Remo Zambon, commissaire aux comptes en date du 16 novembre 1980

[1] Acte de cession entregistré le 11 décembre 1980 entre Jean-Claude Trastour liquidateur de Fotolib et Michel Puech gérant de La Compagnie des Reporters SARL.

[2] La naissance de l’agence photographique Fotolib, entre militantisme et professionnalisation. 1971-1974. Mémoire de Master 2 Histoire de la photographie de Marine Narcisse sous la direction de Michel Poivert.  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Retour au dossier Fotolib

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.