ACTUALITES

Ukraine, des photographes dans la guerre
Un Débat-Doc endommagé par la diffusion de LCP

Dernière révision le 19 août 2022 à 10:46 par la rédaction

Publicité de 1966

dMardi 21 juin 2022, il est 20h30 passés et nous sommes un certain nombre à attendre avec impatience la diffusion du documentaire Ukraine, des photographes dans la guerre sur la chaîne LCP. L’excellente émission Débat-Doc animée par Jean-Pierre Gratien débute…

Le documentaire promet d’être passionnant. Qui plus est, Eric Bouvet avec Polka Magazine et la production de Tony Comiti, a fait un teasing d’enfer sur les réseaux sociaux.  Les « Sonorama » d’Éric Bouvet réalisés avec son comparse Amaury Mestre De Laroque étaient comme des bandes-annonces de ce documentaire dans lequel témoignent également Chloé Sharrock, Guillaume Herbaut et Guillaume Binet.

L’émission débute…. Jean-Pierre Gratien semble nous parler depuis l’intérieur d’un aquarium. Le son est saturé d’écho qui rend quasi inaudible le présentateur. On se dit : « Ce n’est pas grave, ça va s’arranger ». La présentation terminée, le documentaire commence avec le même infernal écho ! On tripote la télécommande. On change de chaîne.

Tout marche bien sauf LCP qui diffuse une bouillie.

On se dit : « Quelqu’un va s’en apercevoir… » On s’attend à un carton : « En raison d’un incident technique… » On rêve un instant de redécouvrir le petit train interlude de Maurice Brunot [1] à l’ORTF …

A 20h51, je me résous à déranger Tony Comiti : « Je ne sais pas ce qui se passe… » me répond-il immédiatement « Il n’y a personne à la chaîne ! » Un moment plus tard, il m’envoie un message lapidaire : « Faisceau de Cognac-Jay [2] ». 

Service de presse aux abonnés absents.

Le son a été inaudible durant toute la diffusion de l’émission, au moins sur la TNT et sur la région parisienne !  Le plus incroyable de l’histoire, c’est quand même que l’incident ait perduré toute l’émission. Faut-il en conclure que dans les chaînes de télévision, plus personne ne la regarde ? Plus inquiétant, puisqu’à cette heure, je suppose qu’il s’agit d’une erreur au niveau de la diffusion, donc la responsabilité du réseaux TNT par TDF. Personne ne surveille ce qui se passe à l’antenne ?  Un cybercriminel mandaté par un état en guerre pourrait diffuser un programme de propagande sans qu’aucun responsable ne s’en aperçoive ?

J’ai fini, comme vous tous, par voir le documentaire en replay sur le web. C’est un grand film, comme il y en a peu, sur le photojournalisme de conflit. Bravo à Julien Boluen et Frédéric Decossas, ainsi qu’à la production de Tony Comiti. Les cadrages, les images, le mix entre photo et vidéo, les interventions sons. Tout est parfait. Les photographes sont clairs. Ils parlent vrai, avec beaucoup d’émotion, d’honnêteté et de modestie. Eric Bouvet est particulièrement émouvant. C’est le briscard de la bande, le vétéran ; sa lucidité et son cœur sont extraordinaires. Par ses photos et ses mots, il nous fait ressentir l’horreur des évènements.  C’est un film qu’il faut montrer dans toutes les écoles : loin des clichés, il dit la vérité sur l’indispensable métier mal connu de correspondant de guerre.

Michel Puech

Ukraine, des photographes dans la guerre, un documentaire de Julien Bouen et Frédéric Decossas avec la participation d’Eric Bouvet –  52′ –  2022 – Produit par Tony Comiti

Prochaine diffusion sur LCP en 2022 : Dimanche 26 juin à 00h, Mardi 28 juin à 00h30, Vendredi 1er juillet à 20h30, Jeudi 14 juillet à 9h

Notes

[1] Le Petit train-rébus (Rébus Express) est un interlude créé par Maurice Brunot pour l’ORTF et qui apparait sur les écrans pour la première fois le 15 septembre 1960. En avril 1963, il est remplacé par le Petit Train de la mémoire.

[2] Au 13-15 rue Cognacq-Jay à Paris se trouve un émetteur de télévision utilisé depuis 1942. En 1935, les premières émissions furent transmises à partir de l’ancien siège du ministère des Postes et Télégraphes.

Voir le documentaire en replay

A ne pas manquer

Polka Magazine #57 – Sortie le 24 juin 2022

Mémoire

Le Petit train-rébus (Rébus Express) est un interlude créé par Maurice Brunot pour l’ORTF et qui apparait sur les écrans pour la première fois le 15 septembre 1960 (40 films). En avril 1963, il est remplacé par le Petit Train de la mémoire.