Affaire Rocchelli, Mironov, Roguelon

William Roguelon
Pour la vérité et la justice

William Roguelon

C’était, il y a huit ans. Comme si c’était hier. Comme toujours. Comme trop souvent. Un coup de fil : l’un des “nôtres” a été tué, ou blessé ou est en difficulté.

Les appels téléphoniques s’enchaînent. Qui connait William Roguelon en 2014 ? Un jeune photographe. “Sûrement une tête brûlée” pensent certains. A l’hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé où je vais le voir, je rencontre un jeune homme sage mais bouleversé. Un regard franc, modeste. Et puis, la vie suit son cours. On se téléphone de temps en temps. La justice avance, lentement, trop lentement. L’hécatombe russo-ukrainienne a commencé dès les premiers jours de la guerre, en 2014. La presse est ciblée. Vous allez lire le combat de William Roguelon et de la famille Rocchelli… Edifiant !

Michel Puech

 

Vérité et justice

Par William Roguelon

Le 24 mai 2014, je suis en reportage dans le Donbass en tant que photojournaliste avec Andrea Rocchelli et Andreï Mironov. Tout deux sont assassinés sous les balles et bombardements de mortiers depuis la colline Karachun à côté de Sloviansk. Je suis blessé aux deux jambes par un mortier au cours de cette attaque. Notre chauffeur prend une balle dans la main et fuit. Je me retrouve seul dans le fossé et je parviens à fuir sous les balles. Comprenant que c’est l’armée ukrainienne qui nous a tiré dessus. Je fais deux interviews, puis je garde le silence pour pouvoir quitter le Donbass et me faire soigner en France le plus rapidement possible.

Le 26 mai 2014, je fuis en cachette l’Ukraine après 48 h d’enfer, avec l’aide de l’ambassadeur Alain Rémy, qui m’héberge une nuit dans sa résidence. Arrivé à Paris par un vol commercial, je serais opéré et soigné pendant un an.

Le 8 octobre 2014, je dépose plainte contre X pour lancer la procédure pénale italienne suite au dépôt de plainte de la famille Rocchelli pour le meurtre de leur fils Andrea Rocchelli, photojournaliste.

Début 2015, je rencontre Maître Maud Sécheresse qui deviendra mon avocate dans cette affaire.

Le 1er février 2016, Maître Maud Sécheresse saisit la présidente de la commission d’indemnisation des victimes d’infractions de Bordeaux en vue d’une demande d’indemnisation.

Le 16 août 2016, une ordonnance est rendue par la présidente de la commission d’indemnisation des victimes d’infractions de Bordeaux qui refuse de faire droit à mes demandes et renvoie l’affaire devant la commission d’indemnisation des victimes d’infractions, seule habilitée à se prononcer sur la matérialité de l’infraction.

Le 3 juillet 2017, par jugement, la commission d’indemnisation des victimes d’infractions de Bordeaux ordonne, l’organisation d’une expertise médicale.

Le 18 octobre 2018, après l’appel interjeté par le Fonds de garantie, la cour d’appel de Bordeaux confirme en toutes ses dispositions le jugement de la commission du 3 juillet 2017. Je suis, de ce fait, le premier journaliste français a être indemnisé pour un crime dont j’ai été victime en tant que civil. Le Fonds de garantie forme un pourvoi en cassation dans la foulée.

Le 27 juin 2019, ce pourvoi est frappé de déchéance par ordonnance.

Le 12 juillet 2019, en Italie, la cour d’assises de Pavie condamne Vitaliy Markiv à 24 ans de prison pour avoir reconnu sa culpabilité dans le meurtre d’Andy et Andrei et tient l’État ukrainien responsable de leur mort.

Le 3 novembre 2020, l’accusé est innocenté du processus d’appel suite à l’annulation de huit témoignages de soldats ukrainiens qui l’incriminaient. La procédure des témoignes n’a pas été conforme.

Le 20 janvier 2021, la Cour de justice de Milan publie la documentation complète inhérente au verdict d’acquittement du soldat Vitaliy Markiv et confirme la condamnation de l’état ukrainien.

Le 23 avril 2021, sans aucune avancée au niveau de la procédure pénale à Bordeaux, Maître Maud Sécheresse, l’avocate qui représente mes intérêts depuis sept ans, sollicite le transfert du dossier français au Pôle crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre à Paris. Une étape essentielle pour la justice pénale en France et en Europe pour les journalistes.

Le 21 juillet 2021, la commission d’indemnisation des victimes d’infractions est contrainte de m’indemniser pour le préjudice de ce crime.

Le 9 décembre 2021, la cour de cassation italienne confirme l’acquittement de Vitaliy Markiv après l’annulation des huit témoignages et confirme la culpabilité de la responsabilité de l’armée Ukrainienne qui a bien tué un journaliste italien, tué un civil défenseur des droits de l’homme et blessé un journaliste français.

Le 24 février 2022 sur ordre du président russe Vladimir Poutine, l’Ukraine, un état souverain est envahi.

Je suis contre le gouvernement de Russie et contre le gouvernement d’Ukraine. Je crois en la paix et condamne toute guerre. Je prendrai toujours le parti des civils, victimes des gouvernements.

Mes pensées vont au peuple ukrainien, qui paie le prix le plus élevé pour un conflit dont il ne voulait pas.

William Roguelon

Voir toutes nos informations sur

l’Affaire Rocchelli, Mironov, Roguelon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.