Exposition

« Eclats de guerre »
Alexandra Boulat à la Galerie Durev

Blace, Macedoine, Frontière du border. Avril 1999. L’exode de 700 000 réfugiés pendant la campagne aérienne d’ l’OTAN sur la Yougoslavie. 10 000 d’entre eux arrived de Pristina par la train. © Alexandra Boulat – Courtesy DUREV

Alexandra Boulat était la fille du photographe français Pierre Boulat, qui travailla longtemps pour le magazine américain Life, et de la fondatrice et directrice de l’agence Cosmos, Annie Boulat.

Photojournaliste reconnue pour son travail sur les zones de guerre, cofondatrice de l’agence VII, elle a couvert les conflits en ex-Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan et en Palestine. Sa nièce, Lucie Saada, consciente du parallèle entre ses images prises en Yougoslavie entre 1991 et 1999 et celles de l’actuelle guerre en Ukraine, lui rend hommage dans une exposition qui, à ses yeux, résume toute l’injustice d’une guerre. Hommage aussi aux femmes et hommes pris dans cette violence et aux journalistes qui ont le courage d’en rendre compte.

« À la fois constat et témoignage, ces photos montrent, le drame humain de la dernière guerre du XXe siècle : des miettes, des bribes, des éclats d’humanité déchirée, meurtrie, qu’aucune revendication nationale ou religieuse ne peut justifier. Vukovar, Mostar, Sarajevo sont autant de noms devenus symboles de l’inacceptable.

Tout a commencé alors que j’avais 27 ans, et mon regard sur le monde était encore celui d’une adolescente. La vocation de photographe, que j’héritais de mon père, ne m’avait jamais confronté ni à la mort, ni à la violence, et la guerre n’avait pour moi qu’une valeur abstraite.

Vers la mi-mai 1991, alors que je parcourais les républiques Yougoslaves pour y faire un reportage que l’on intitulerait en toute innocence “L’éclatement de la Yougoslavie”, en Croatie, je me vis interdire l’accès au village de Borovo-Selo par une bande de paysans serbes. Cagoulés, armés de fusils de chasse, ivres et agressifs, ils étaient postés sur une barricade constituée d’engins agricoles. La route, arrosée d’huile de vidange luisait sous le soleil d’une fin de journée orageuse.

La tempête n’allait éclater que le mois suivant, à la fin juin. La Slovénie et la Croatie déclaraient leur indépendance. Alors, et durant plusieurs mois, une pluie d’obus s’abattit sur la ville de Vukovar et les campagnes environnantes.

Quand tous les villages croates à majorité serbe furent enfin dévastés, la communauté internationale ne parlait pas encore de purification ethnique.

En Croatie, la tuerie était terminée et le peuple imaginait déjà le pire pour le sort de la Bosnie-Herzégovine.  Un rythme implacable allait emballer les combats et battre la mesure des nouvelles alarmantes relayées par tous les médias.

Ainsi, pendant presque dix ans, j’allais accompagner au cimetière des milliers de personnes, Croates, morts pour la Croatie, Serbes pour la Grande Serbie, Bosniaques parce qu’ils étaient Bosniaques et à la fin, Albanais, au Kosovo, parce qu’ils en avaient marre des Serbes.

D’un sang épais ma conscience bourdonnait, habitée par les bruits sourds de la guerre, si proche, si présente. Dès lors, en Yougoslavie  j’ai découvert comme par défaut la haine de l’amour et l’amour de la haine.” (Alexandra Boulat)

 

Site d’Alexandra et Pierre Boulat

Exposition

Eclats de guerre jusqu’au 10 mai 2022

Galerie Durev, 56 Boulevard de Latour-Maubourg 75007 Paris

https://www.durev.com/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.