Festival

Circulation(s)
Des proposition bigarées

Encounter_Self Portrait as my Father (2019) © Silvia Rosi

Sous la houlette éclairée d’un comité artistique totalement féminin, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, le festival Circulation(s) prend ses quartiers pendant deux mois au CENT QUATRE à Paris pour sa douzième édition.

La manifestation se veut un reflet d’une partie de la production photographique européenne émergente par une programmation multiforme qui présente le travail de trente jeunes artistes venus de différents horizons avec un focus particulier sur la création en Arménie.

Les propositions sont suffisamment bigarrées pour que chacun puisse y trouver photo à son goût et on peut noter un soin particulier apporté à la scénographie qui signe et marque l’identité de la manifestation en la distinguant des habituels accrochages. On peut cependant parfois regretter une approche un peu trop “déco” qui, bien que ne manquant pas d’intérêt, peut parfois nuire à la bonne lisibilité des images.

De même, un nombre assez limité d’œuvres présentées peut se révéler frustrant pour bien appréhender l’univers de l’auteur(e) mais chacun reste libre de se renseigner pour en voir plus ultérieurement. En complément, une exposition à hauteur d’enfant permet aux jeunes visiteurs une découverte de la photographie accessible et ludique. Quant à eux, les parents pourront se faire photographier dans l’un des différents studios photo installés pour l’occasion.

Gilles Courtinat

Festival Circulation(s)

Jusqu’au 29 mai 2022

Le CENT QUATRE, Paris

Retrouvez toutes les chroniques de Gilles Courtinat

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.