Retour d'archives

Irlande occupée, mon unique projet photographique à long terme

Belfast, QG de l’armée britannique – ©Pierre Abramovici / Fotolib

Dès mon arrivée à Fotolib, j’essaie de chroniquer les « troubles » en Irlande du Nord. Le problème est qu’on ne s’y intéresse que quand il y a des manifestations violentes, des attentats ou des assassinats (cela changera avec la longue agonie des grévistes de la faim dans la prison de Long Kesh-Maze et la mort emblématique de Bobby Sands et de ses camarades).

Je fais donc plusieurs séries dont le seul objectif est de montrer l’ambiance dans un pays occupé…

Dans la vie quotidienne, rien ne différencie vraiment les zones catholiques des zones protestantes. Seules les inscriptions sur les murs ou les drapeaux aux fenêtres, trahissent l’appartenance des lieux…

Pour mon projet, j’utilise tous les trucs possibles : décadrages, prises de vues à la sauvette, au contraire suivi des troupes britanniques notamment pour les barrages et les contrôles et, même, prises de vues de l’intérieur d’un bus pour donner à voir le point de vue des Irlandais eux-mêmes.

Sorj Chalendon dans la campagne de Belfast ©Pierre Abramovici / Fotolib

L’ennui est que, sauf Sorj Chalandon à Libé, personne ne s’intéresse à ce type de reportages. On préfère la fumée, les bombes ou les manifestants courant au devant des blindés, comme si cela se produisait chaque jour. La réalité, c’est une ambiance poisseuse et délétère peu spectaculaire, magnifiquement racontée par Sorj Chalandon. On retrouvera d’ailleurs cette ambiance dans ses premiers livres.

À Fotolib, décidément, ça ne passe pas. Pas assez vendable donc, forcément, pas bon…

Sans compter mon obsession des photos couleurs toujours invendables, en tout cas pour ce type de sujet.

Et donc, peu proposé à la vente. Un cercle vicieux dont j’ai du mal à sortir.

Ces photos n’ont jamais été vendues, parfois jamais diffusées et vues ici pour la première fois.

(a suivre)

Pierre Abramovici

Voir tous les articles de Retour d’archives

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.