Entretien

EXCLUSIF / Tony Comiti, le photographe (1/5)

 

Il a le regard vif, pointu, aiguisé, brillant comme une lame. Un corps fort, celui d’un lutteur, la voix grave et le ton précis. Tony Comiti a beaucoup vu.

 

D’abord derrière le viseur d’un appareil photo, puis celui d’une caméra, avant de créer, à quarante-trois ans, sa propre société de production.

Il a d’abord connu l’école des faits divers avant de s’installer à Bogota pour travailler sur l’Amérique du Sud et ses violences : Chili, Salvador, Venezuela, à chasser les histoires, à voir, à raconter. Puis ce fut l’Iran et la guerre Iran-Irak, le Liban, le Tchad et tant d’autres conflits.

Ce grand reporter a collectionné les gros coups et les distinctions. Tony Comiti se livre ici, pas à pas, dans la durée, avec vigueur, quelquefois, émotion, souvent.

Cet entretien est présenté en cinq parties distinctes.

Jean-Louis Vinet

1er épisode (29′)

Tony Comiti, le photographe

Tony Comiti a dix-huit ans, en 1968, lorsqu’il fait ses classes de photoreporter à France-Soir (celui de la grande époque) et à Détective ; avant de s’installer à Bogota et à vivre de nombreux conflits. Il parle ici, avec précision, de France-Soir, de Sipa, du Chili et des révolutions, du Général Somoza, du Panama, du Salvador et de la prise d’otages d’une Ambassade de France.

Ce podcast a été enregistré, mixé, monté par

Jean-Louis Vinet

Retrouver tous nos podcasts ici

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.