Agences de jadis

Les archives de Fotolib à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Paris, 27 nov. 1971- Manifestation après la réunion du Comité Djellali et du Secours rouge à la Goutte- d'Or (Paris), conduite par Michel Foucault, Jean Genet, Jean-Paul Sartre et André Glucksmann Photographie. ©Gérard-Aimé / Gamma-Rapho
Paris, 27 nov. 1971- Manifestation après la réunion du Comité Djellali et du Secours rouge à la Goutte- d’Or (Paris), conduite par Michel Foucault, Jean Genet, Jean-Paul Sartre et André Glucksmann. Photographie. ©Gérard-Aimé / BHVP

Dans le deuxième volume de  + Photographie  édité par le Ministère de la Culture, qui recense les acquisitions des collections publiques en 2019, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP) annonce l’acquisition des fonds photographiques de Gérard-Aimé comprenant les archives de l’agence de presse Fotolib. Nous reproduisons ici, le texte de présentation par Bérengère de L’Epine, responsable du département Photographie.

« En juin 2018, les ayants droit ct amis du photographe Gérard-Aimé (1943-2018), récemment décédé, proposent à la Ville de Parts le don des archives qu’il a produites et rassemblées au cours de sa carrière. Ces archives, couvrant les années 1960/1970, comprennent principalement ses photographies et celles de t’agence Fotolib qu’il a dirigée. Le don est proposé à la Bibliothèque historique, qui l’accepte : il vient compléter, dans une optique différente, les archives photographiques du journal France-Soir qu’elle conserve déjà.

Les archives propres de Gérard-Aimé, épreuves noir et blanc et négatifs, documentent les moments phares de la vie politique et sociale des années 1960/1970, en France ou à l’étranger, tels Mai 1968, les grèves ouvrières des années 1970 ou bien encore la Révolution des Œillets au Portugal en 1974.

Les archives de Fotolib, société coopérative ouvrière née dans le contexte militant de l’Agence de Presse Libération avec le soutien de Jean-Paul Sartre, témoignent par leur richesse et leur variété (cahiers de reportage, registres de compte, plusieurs dizaines des milliers d’épreuves, planches-contacts et négatifs) de l’activité quotidienne de la première agence photographique du journal Libération et d’une expérience singulière dans l’histoire des agences photographiques.

Graffiti à l’entrée des chantiers navals de la Gironde, Bordeaux, février 1970 – Photographie Michel Puech

Les amis et proches de Gérard-Aimé, eux-mêmes photographes et ses anciens collaborateurs, Danielle Guardiola et Michel Puech notamment, souhaitent faire le traitement de ses archives en collaboration avec les équipes de la bibliothèque. Cette proposition, si elle est peu orthodoxe, est également acceptée et un consensus rapidement atteint sur la méthode à suivre : durant les dix-huit mois qui suivent, fidèles à leur engagement, ils réalisent un important travail de classement, de tri, de reconditionnement, de description et d’identification. Le pré-inventaire qui en résulte a mis en évidence de nouveaux fonds au sein du don initial les archives du Boojum Consort et celles de l’Agence de Presse Libération, deux agences qui précédèrent Fotolib et furent à son origine.

Bérangère de L’Epine, Conservatrice en chef, responsable du département des Photographies de la BHVP

Marine Narcisse, Chargée de l’inventaire des archives Fotolib

Découvrir la BHVP

Le dossier Fotolib dans A l’oeil

Qui est Gérard-Aimé ?

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.