PHOTO

Cachot de Runda, province de Gitarama, Rwanda – © Jean-Manuel Simoes

Mis à jour le 19 septembre 2021 par Redaction

IntŽrieur du cachot de Runda, province de Gitarama, Rwanda.
Cette ancienne Žcole communale a ŽtŽ amŽnagŽe en prison pour les 1300 detenus -souponnŽs de crimes de gŽnocide, en attente de jugement- qui y vivent depuis 1994, sans distinction de sexe, d’age ou d’accusation. Une trentaine d’enfants y ont vu le jour.
*** Local Caption *** Photographie protŽgŽe par le droit d’auteur. Aucune autorisation permise, retouche ou manipulation permise sans autorisation expresse du photographe.
© Jean-Manuel Simoes
Paris – France
http://www.jmsimoes.fr
contact.simoes@gmail.com

En 2002, Rwanda, justice d’un génocide, est nominé à Bayeux pour le prix photo des  correspondants de guerre, en 2014  Rwanda, 20 ans ! est présenté au festival Press’tival de Château-Gonthier en Mayenne. Ce reportage n’a jamais été publié dans la presse française. En voici un extrait exclusif.

Rwanda 1994, le génocide de 800 000 à 1 000 000 de Tutsis. Des années plus tard, la justice doit passer.

Il y a la justice internationale et bien sûr, la justice rwandaise, qui au niveau local doit traiter 1,9 millions de dossiers et à terme condamnera 800 000 personnes, soit 1/5ème de la population adulte de 1994.

Jean-Manuel Simoes est au Rwanda en 2000 et 2001. Il sillonne le pays à la recherche des prisons dans lesquelles s’entassent des milliers de prisonniers.

C’est le temps, d’après, l’après génocide. Et ce qu’il voit est terrifiant : des lieux improvisés, des cachots, l’innommable.

Ecouter le podcast du témoignage de JM Simoes

Ecouter le podcast du témoignage de JM Simoes

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.