Contribution à l’histoire de l’Association Nationale des Journalistes, Reporters, Photographes et Cinéastes (ANJRPC)

Mis à jour le 25 mars 2021 par Redaction

L’ANJRPC a joué un grand rôle dans l’évolution du métier de photographe de presse. Elle a été un moteur de la réflexion qui a conduit à la création de l’agence de presse Gamma, puis à la création d’un statut d’assimilé salarié pour les pigistes, qui malheureusement survit difficilement au XXIème siècle. Les avancées comme la signature des photographies, le respect des cadrages, et la loi Cressard ne sont dus qu’à la combativité et à la solidarité des photographes. Une leçon pour aujourd’hui. Christian Ducasse qui a animé l’ANJRPC et qui est le dépositaire de quelques archives, en fait un court historique qui ne demande qu’à être complété par des commentaires. MP

Roger Pic, Guy Le Querrec, Henri Cartier Bresson, Martine Frank (c) Christian Ducasse

En novembre 1961, pour la première fois, des reporters photographes se réunissent à Grenoble à l’initiative de Robert Bruyère, Aimé Mollard et Georges Richard.

Une association se crée le 10 janvier 1962 à Montélimar.

L’Association Nationale des Journalistes Reporters Photographes connaitra un essor national par la présence active de Hubert Henrotte et de Roger Pic.

Ses fondateurs siègent régulièrement au Syndicat National des Journalistes (SNJ) pour faire valoir les droits spécifiques des reporters photographes, nouveaux bénéficiaires du statut des journalistes (créé en 1935).

L’ANJRP fédère dans ces années 1960 nombre de personnalités : Jean Lattès, Robert Doisneau, Éric Schwab, Jean Pottier, Janine Niépce, Jacques Windenberger, Gérald Bloncourt, Willy Ronis, Georges Pierre, Claude Azoulay, André Sas, Jean-Pierre Rey, Léonard de Raemy, Raymond Depardon, Marc Riboud, Serge Gautier, Jean-Pierre Rey, Hervé Gloaguen, Jean Dieuzaide et rayonne dans toutes les régions.

En 1969 à l’initiative de Roger Pic, l’ANJRP devient l’ANJRPC afin d’intégrer les « Cinéastes » qui couvrent l’actualité.

L’accès récent des reporters photographes au statut de journaliste se généralise et la loi Cressard (juillet 1974) dédiée aux pigistes offre une identité professionnelle à l’ensemble de la communauté des reporters photographes de presse.

Les trois dernières décennies du XXème siècle consacrent le rôle de l’ANJRPC, association de référence. L’ANJRPC est régulièrement associée par les syndicats de journalistes lors de négociations ou de discussions paritaires. La plupart des responsables de l’Anjrpc sont aussi adhérents des syndicats de journalistes où ils militent en nombre au SNJ et au SNJ-CGT.

Ce partenariat permet de mieux faire valoir les droits des photojournalistes de plus en plus nombreux à fonctionner à la pige.

L’ANJRPC participe à nombre de débats qui agitent la profession, notamment en matière de protection sociale ou de droits d’auteur.

Dans les années 1980-90 les principaux animateurs de l’ANJRPC aux côtés de Roger Pic sont : Jean-Pierre Leloir (Secrétaire général), Paul Almásy et Gérard Bousquet (Trésoriers), des membres de Magnum dont Guy Le Querrec, Martine Franck, Jean Gaumy, Sebastião Salgado, Luc Delahaye, Patrick Zachmann, Horace, Patrick Bard , Georges Lévêque, Marcel Lorre, Magdeleine Bonnamour, Charlie Abad, Gilles Codina, Carlos Muñoz-Yagüe, Pierre Ciot, Thomas Haley, Philippe Bachelier (actuel Président de l’UPP),  des anciens dont Jacques Windenberger, Serge Gautier, Jean Pottier, Jean Ribière, Georges Azenstark, Gisèle Freund (Présidente), Marc Riboud, Robert Doisneau, Georges Bendrihem (à qui l’on doit le fameux Ben’s book), Gérard-Aimé et Henri Cartier-Bresson.

Au début des années 2000, l’ANJRPC fusionne avec l’association Freelens et se fond ensuite dans son union l’Union des Photographes Professionnels (UPP) qui succède à l’Union des Photographes Créateurs (UPC).

Symboliquement la disparition de sa figure historique, Roger Pic (15 septembre 1920 – 3 décembre 2001) marquera la fin de l’aventure collective de l’ANJRPC et le début d’une nouvelle ère, celle du digital, qui va modifier la physionomie d’un métier aux contours en perpétuelles mutations.

En 2021, les photographes de presse, qui sont aussi présents dans le secteur culturel et de l’édition, restent actifs au sein de l’ UPP dans la commission Photojournaliste.

C H R I S T I A N   D U C A S S E

1 Response

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.