Business

CORONAVIRUS
François Lochon : « J’ai déjà établi un plan B »

Mis à jour le 18 mai 2021 par Redaction

François Lochon à Visa 2015 (c) G. Delalot

 

A l’œil a envoyé une série de trois questions à des patrons d’agences de presse photo pour connaître la situation face à cette « guerre » mondiale et sanitaire. Aujourd’hui, la réponse de François Lochon de Gamma-Rapho.

François Lochon n’a pas toujours de la chance. Le 6 avril prochain Gamma-Rapho devait fêter ses dix ans d’existence… La fiesta est remise. Et puis, Il avait eu la bonne idée d’aller « couvrir » le carnaval de Venise, résultat : une « quarantaine » chez lui dans le Lubéron.  Mais tout va bien.

1/ Est-ce que des collaborateurs de votre agence sont malades et/ou absents (combien par rapport à l’effectif) ?

Nous n’avons pas de malades à ce jour.

2/ Quelles consignes et équipements ont été donnés à vos photographes sur le terrain ? Et ont-ils rencontré des difficultés avec les forces de l’ordre ?    

Aucune consigne car Gamma-Rapho n’a pas de « staff ». Les quelques collaborateurs photographes sont indépendants. J’ai roulé et photographié hier de Marseille à Nice sans aucun problème aux contrôles, rares au demeurant.

3/ Craignez-vous que cette pandémie vous conduise à revoir vos projets ou même à fermer votre agence ? Quels incidences sur votre chiffre d’affaire ?

Quant au chiffre d’affaire, il tombera au mieux à 20 % d’aujourd’hui si tout est normal en septembre. La presse ne va plus avoir beaucoup de publicité. On a connu cela avec la première guerre du Golfe.

Mais non, Gamma-Rapho ne fermera pas ! Notre structure d’archives n’a pas de frais de production et j’ai déjà établi un plan B pour survivre avec 20 % du chiffre d’affaire actuel.

 

Propos recueillis par courriel le 23 mars 2020

MP

Site officiel de l’agence : http://www.gamma-rapho.com

Tous nos articles concernant François Lochon et Gamma Rapho

Notre série CORONAVIRUS

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.