ARTICLE

70ème anniversaire de l’AFP, Hollande salue la Presse

Mis à jour le 24 novembre 2019 par Michel Puech

François Hollande au 70ème anniversaire de l'AFP © Geneviève Delalot
François Hollande au 70ème anniversaire de l’AFP © Geneviève Delalot

« Nous sommes réunis avec des représentants de toute la presse …/… et ce qui reste de la rédaction de Charlie Hebdo » a déclaré le Président de la République en commençant son discours au Palais Brongniart, hier soir lundi 19 janvier 2015, pour les 70 ans de l’Agence France Presse.

« La France ne fait pas de leçon, à aucun pays, mais la France n’accepte aucune intolérance. Nous n’insultons personne lorsque nous défendons nos idées. » C’est la petite phrase de François Hollande reprise en boucle dans les journaux radio.

Ce lundi soir, l’essentiel du discours du Président de la République portait sur le journalisme et la situation de la Presse. 4000 personnes étaient invitées par Emmanuel Hoog, Président de l’AFP au grand dam du syndicat des journalistes CGT qui a jugé la fiesta indécente…

Emmanuel Hoog au 70ème anniversaire de l'AFP © Geneviève Delalot
Emmanuel Hoog au 70ème anniversaire de l’AFP © Geneviève Delalot

2000 invités ont répondu présents. Outre le Président de la République, les Présidents des Assemblées, le chef du gouvernement, de nombreux ministres et personnalités politiques se pressaient place de la Bourse, mêlés aux patrons de chaînes tv, de radios, de journaux et de magazines…

Inutile de dire que le dispositif policier était impressionnant. Alignement de cars de CRS, tireurs d’élite embusqués, policiers en civil… Une armée de flics encore tout étonnés que tout le monde – et surtout les passants – leur disent bonjour : « On n’est pas habitués ! »

L’hommage aux journalistes assassinés

Dans le Palais Brongniart, la foule des hommes de presse a longuement applaudi François Hollande à son arrivée, et à la fin de son discours. Quelques rires ont fusé quand le Président parlant avec justesse du métier d’agencier a déclaré que le journaliste de l’AFP était le premier arrivé le matin, le dernier à partir le soir et, qu’il était même là, la nuit.

70ème anniversaire de l'AFP © Geneviève Delalot
70ème anniversaire de l’AFP © Geneviève Delalot

Au début de son discours, on se serait cru à la cérémonie au mémorial des reporters de Bayeux quand s’ouvrent les festivités du Prix Bayeux-Calvados. « Les crimes perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo ont soulevé une émotion considérable en France, en Europe et partout dans le monde. Mais ils ne doivent pas nous faire oublier que chaque année des journalistes meurent pour accomplir leur métier. Depuis 2012, Gilles Jacquier, Rémi Ochlik, Yves Debay, Olivier Voisin sont tombés en Syrie parce qu’ils faisaient leur travail. Ghislaine Dupont, Claude Verlon qui appartenaient à RFI ont été froidement assassinés au Mali, Camille Lepage une jeune photographe indépendante a été abattue en Centrafrique. Je veux ajouter les journalistes étrangers travaillant pour l’AFP. Ils faisaient bien plus que leur travail, ils poursuivaient une vocation, celle de nous informer. »

«Dire vite n’est pas forcément dire juste»

François Hollande au 70ème anniversaire de l'AFP © Geneviève Delalot
François Hollande au 70ème anniversaire de l’AFP © Geneviève Delalot

Outre l’hommage appuyé aux journalistes, le Président s’est également exprimé sur les principaux problèmes que rencontre la Presse. Il a évoqué les difficultés rencontrées par l’information en continu. « Nous devons appeler à la vérification des faits » a-t-il souligné, alors que la réalité des évènements est confrontée « à des rumeurs, des fantasmes ».

« L’indépendance de la presse n’est pas une question de circonstances…/… L’indépendance de la presse doit être garantie et cela suppose qu’il y ait des financements qui ne viennent pas uniquement des industriels » a-t-il précisé ajoutant « C’était un vœu de Charb, favoriser les investissements des particuliers. Nous allons y travailler. »

François Hollande s’est également montré soucieux de la diffusion de l’information via l’Internet : « Nous devons faire en sorte que la Presse puisse résister aux acteurs dominants de l’Internet. » Enfin, il a exprimé son désir de modifier les conditions des aides de l’Etat à la Presse, de voir la loi sur le secret des sources des journalistes venir devant les Assemblées. Enfin, il a souligné la difficulté de soutenir la distribution du « papier » car « que serait la Presse sans kiosquiers ? »

Michel Puech

70 ans de l’AFP : http://www.afp.fr/fr/70_ans_afp/

Lire le discours du Président de la République à l’anniversaire de l’AFP

Vidéo officielle du discours de François Hollande

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.