ARTICLE

Les 20 ans du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre

Mis à jour le 29 septembre 2014 par Michel Puech© Aris Messinis, lauréat 2012 du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre
Christiane Amanpour, chef du service international de CNN, présidera la 20ème édition du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre en octobre 2013. L’appel à candidatures pour les différents médias (photo, télévision, radio, presse écrite, web-journalisme) est ouvert jusqu’au 10 juin 2013, la remise des prix se fera le 12 octobre 2013.

C’est à l’historique Hôtel du Lion d’or que se sont réunis vendredi 15 mars 2013, les acteurs locaux du Prix Bayeux-Calvados. Une poignée de « parisiens » avaient bravé les congères (pas toutes fondues) pour se joindre aux sponsors et entendre Patrick Gomont, maire de la ville annoncer le nom de la présidente du jury.

Une présidence qui ravit les gens de télévision et succède à Gilles Peress qui, l’an dernier, a fait le bonheur des photographes, si ce n’est celui des élus. De nationalité anglaise, Christiane Amanpour est une vedette du petit écran. Les autres membres du jury ne sont pas encore choisis. La rumeur, non confirmée, prête à l’organisation l’intention de composer un jury avec les lauréats des dix-neuf premières éditions. Il y a de quoi faire,  si l’on songe que Bayeux a déjà couronné Yuri Kozyrev, Santiago Lyon, Luc Delahaye, Javier Espinosa, Eric Bouvet, Grégoire Deniau, Rémy Ourdan, Jérôme Delay et bien d’autres dont James Nachtwey. Une autre rumeur, tout aussi peu confirmée, circule selon laquelle on verrait à Bayeux une exposition de photographies inédites de Natchwey…

Avec plus de vingt mille visiteurs l’an dernier, le Prix Bayeux-Calvados a acquis une légitimité incontestée localement, ce qui – on s’en doute – est très important pour le Président du Conseil général du Calvados et le maire de Bayeux qui soutiennent la manifestation. Avec près de 300 dossiers reçus l’an dernier, ce prix est reconnu par les professionnels des médias comme un prix de haute tenue.

Pour cette vingtième édition, 55 000 euros seront distribués aux heureux lauréats dans les catégories télévision (court et long), Presse écrite, Radio, Photojournalisme, Web-journalisme. S’ajoute un prix du jeune reporter tournant entre les différents médias. Après la photo l’an dernier, il récompensera cette année un travail de télévision.

Pour être en compétition, les reportages devront être présentés jusqu’au 10 juin prochain, et avoir été réalisés entre le 1er juin 2012 et le 31 mai 2013. Ils devront traiter d’une situation de conflit ou d’un fait d’actualité concernant la défense des libertés et de la démocratie.

19 ans d’effort et de succès

Tous ceux qui fréquentent Bayeux durant la semaine du Prix savent combien l’ambiance y est à la fois chaleureuse, simple, joyeuse et festive. Autant dire que la profession ne boude ni Bayeux, ni le Calvados et encore moins les produits locaux ! Tout ceci favorise de fructueux échanges professionnels entre gens de la télé, reporters photographes, porteurs de micros et de porte-plume.

Jean-Léonce Dupont, aujourd’hui Sénateur et Président du conseil général du Calvados fut à l’origine de la création du prix. « A l’époque, maire de la ville, je n’avais le soutien que d’un chef de service » dit-il en souriant avant d’énumérer les grandes dates de la montée en puissance de la manifestation.

En 1994, le Prix Bayeux n’était qu’une des manifestations prévues pour le 50ème anniversaire du débarquement en Normandie. « Nous n’avions invité que huit médias : un par pays allié plus un allemand» se souvient le sénateur. Dès l’année suivante, le prix s’ouvre à tous les médias tandis que pour resserrer les liens avec la population locale et les journalistes, est créé en 1996 le prix des lycéens. En 2012, 5200 lycéens ont participé à la manifestation.

En 1998, l’évènement s’ouvre au grand public avec la création d’un prix photo décerné par le public et l’ouverture de la soirée de clôture à tous. « Il vient du monde de partout » précise Jean-Léonce Dupont. Pour contenter ce public de plus en plus nombreux, le Prix s’étale maintenant sur une semaine, avec un salon du livre – créé en 2006 – qui réclame un chapiteau de plus en plus grand chaque année, et un nombre croissant de livres à acheter.

Il y a une autre date qui compte dans l’histoire du Prix Bayeux-Calvados, c’est la création, en partenariat avec Reporters sans Frontières (RSF), du Mémorial des reporters. Situé juste à côté de l’immense cimetière des troupes britanniques où reposent notamment trois correspondants de guerre morts pendant le débarquement, le mémorial est un jardin parsemé de stèles sur lesquelles on peut lire les noms des reporters morts à l’ouvrage depuis 1944. La liste est terriblement longue. Chaque année, le plus souvent en présence de familles et d’amis des défunts, le maire de Bayeux et le Président du Conseil général du Calvados dévoilent une nouvelle stèle. C’est un moment d’émotion intense et rare que partagent de nombreux confrères et beaucoup de normands.

« Cette 20ème édition du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre marquera également le début de la commémoration du 70ème anniversaire du débarquement de Normandie » a précisé Jean-Léonce Dupont. Terre de combats, Bayeux et le Calvados, se veulent également messagers de paix et de démocratie, c’est pourquoi ils honorent les reporters.

Michel Puech

La 20ème édition du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre se déroulera du 7 au 13 octobre 2013
Il est prudent de réserver son hôtel.
Toutes les infos sur le site et à info@prixbayeux.org
Links

http://www.prixbayeux.org
http://www.puech.info

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.