Article

Imaginez une Journée Sans Informations..

logo_final WB final

Communiqué de presse: Lancement d’une nouvelle campagne pour réclamer justice pour les journalistes décédés en zones de guerre

LONDRES – 19 février 2013 : Un collectif issu du secteur des médias et du photojournalisme a uni ses forces pour mieux faire connaître les risques affrontés au quotidien par les journalistes et photojournalistes dans les zones de guerre, et pour faire pression sur les gouvernements et les tribunaux afin qu’ils poursuivent en justice ceux qui portent atteinte aux membres des médias d’information.

Menée par Aidan Sullivan, Vice-Président chez Getty Images et fondateur de la bourse Ian Parry Scholarship, la campagne A Day Without News? sera lancée le 22 février 2013, un an jour pour jour après le décès de la célèbre correspondante Marie Colvin et du photojournaliste Rémi Ochlik en Syrie.

En incitant les gens à partager le lien vers www.adaywithoutnews.com à travers les réseaux sociaux, ainsi qu’à montrer leur soutien de la cause en ajoutant leur nom à la liste de sympathisants, il est à espérer que l’initiative sensibilisera le public sur le rôle vital que jouent les correspondants et les photojournalistes, et sur les risques auxquels ils font face lors d’un reportage en zone de guerre. Le collectif espère également changer les priorités institutionnelles et juridiques afin d’éviter que les journalistes soient pris pour cibles, et cherche à réunir des preuves pour appuyer les poursuites et obtenir justice pour ces morts.

De nombreux correspondants, photographes et d’autres professionnels des médias se trouvent pris délibérément pour cibles par les forces armées lorsqu’ils tentent de couvrir des conflits dans le monde, et même si c’est considéré comme un crime de guerre, peu d’efforts ont été faits pour faire appliquer ces droits de l’homme internationaux lorsqu’il s’agit de journalistes. Au cours de la décennie passée, 945 photojournalistes et correspondants ont été tués en couvrant des zones de conflit, dont 583 sans que des poursuites aient été entamées pour crimes de guerre. De plus, 90 journalistes ont été tués rien qu’en 2012 alors qu’ils faisaient des reportages dans des zones de guerre, y compris les cas très médiatisés de Marie Colvin et Rémi Ochlik à Homs, en Syrie, ainsi que de Chris Hondros et Tim Hetherington à Misrata, en Libye en 2011.

Aidan Sullivan, Vice-Président, Photo Assignments, Editorial Partnerships and Development Getty Images et fondateur de A Day Without News?, a commenté la nouvelle : « Il est inacceptable que ceux qui sont volontaires pour couvrir objectivement des zones de conflit dans le monde soit délibérément désignés, ciblés et assassinés en toute impunité, et que les personnes responsables de leur mort ne subissent aucune conséquence. Sans ces journalistes qui se portent témoins, les atrocités commises pendant la guerre passeraient inaperçues et il est tout aussi cruel que leur décès n’obtienne pas justice. C’est une situation qui doit changer. Bientôt, il sera trop dangereux pour les journalistes de pénétrer dans une zone de guerre ou d’y faire un reportage. »

Les sympathisants de la campagne comprennent des membres renommés des médias, de hauts fonctionnaires et des célébrités qui se sont engagées à soutenir la cause.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.