Communiqués de presse

[CP] Affaire Sipa/DAPD: les ex-salariés d’Associated Press relance leur ex-directeur

Mis à jour le 15 mai 2020 par RedactionVendredi 23 novembre 2012, les anciens salariés d’AP-France “rachetés” par les investisseurs de DAPD pour lancer une agence concurente de l’AFP, Sipa News écrivait à leur ancien directeur. Une semaine plus tard, sans réponse, ils renouvellent leur questionnement. Voici la seconde lettre.

 

A l’attention du Directeur général d’Associated Press F

Paris, le 29 novembre 2012

Monsieur,

Les salariés du service français d’Associated Press, cédés  à Sipa sous la dénomination Fls-Ltd en juillet dernier, vous ont rappelé dans un courrier en date du 23 novembre 2012 les conditions dans lesquelles ce transfert a eu lieu, les responsabilités sociales d’Associated Press dans cette affaire, et les liens étroits entretenus depuis plus de trois ans entre votre agence et les actionnaires allemands aujourd’hui défaillants envers Sipa.

Nous sommes toujours en attente d’une réponse à ce courrier.

Vous savez que trois entités du groupe  Sipa, dont Fls-Ltd, ont rendez-vous devant le tribunal de commerce de Paris le 6 décembre prochain, avec un  risque fort de cessation d’activité pour une partie de l’entreprise.

Vous n’aviez cessé de soutenir en paroles et en écrits la création du projet Sipa News, y compris auprès des autorités administratives, en premier lieu en terme de maintien de tous les emplois.

Nous vous demandons donc de concrétiser ce soutien affiché :

-Soit en participant au financement d’un plan de continuation de Sipa News, au cœur duquel se trouvent vos anciens  salariés.

-Soit en prenant en charge un plan social pour l’ensemble des salariés impliqués dans la création de cette agence.

Nous attendons un signal positif de votre part avant le 6 décembre 2012, date de l’audience en Chambre du conseil du tribunal de commerce de Paris.

Les salariés de Fls Ltd

Ndlr: FLS Ltd est une filialle française de FLS Ltd Londres, elle même filiale de SIPA SAS

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires. Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.