Mémorial des reporters de Bayeux 2012

Mis à jour le 15 janvier 2021 par Redaction

Mémorial des correspondants de guerre à Bayeux (c) Geneviève Delalot
Mémorial des correspondants de guerre à Bayeux (c) Geneviève Delalot

Chaque année, à Bayeux, en Normandie, à quelques kilomètres des plages où sont tombés tant d’hommes pour sauver l’Europe et le monde de la barbarie nazie, la Ville de Bayeux et Reporters sans frontières (RSF) honorent les journalistes morts dans l’exercice de leur métier.

Il faisait froid ce jeudi 6 octobre quand à 17 heures une grosse centaine de journalistes, d’étudiants en journalisme et de représentants des autorités locales se sont regroupés autour de la stèle 2010/2011.

Dans ce jardin de la mémoire qui s’ouvre sur une citation de Simone de Beauvoir : « Se vouloir libre, c’est aussi vouloir les autres libres » le parcours est émouvant. De 1944 à 2011 plusieurs dizaines de stèle rappellent aux visiteurs les noms célèbres ou inconnus de correspondants de guerre.

Cette année, à côté de trop nombreux journalistes arabes, Chris Hondros et Tim Hetherington sont tombés à Misrata (Lybie), il y a également celui du sud africain Anton Hammerl et celui du premier photographe tué à Tunis, à l’aube des « printemps arabes » : Lucas Dolega. Pour ne parler que des photographes, car depuis le début de l’année le macabre compteur de Reporters sans frontières affiche cinquante-deux journalistes.

N’oublions pas non plus 2010 où Fabio Polenghi, photographe indépendant a perdu la vie à Bangkok pendant la guerre des « chemises jaunes » contre les » chemises rouges ». Sa sœur Elisabetta était là pour rappeler que les circonstances de sa mort n’ont toujours pas été éclaircies.

Présent également le docteur Shtouky Mebrouk, père de Lucas Dolega, le jeune photographe assassiné à Tunis en janvier dernier par le tir tendu d’une grenade lacrymogène fruit du « savoir-faire français ».

Il est là, avec son épouse Karin Von Zabiensky-Mebrouk qui fut elle même journaliste correspondante de la presse allemande. Très ému le Docteur Shtouky Mebrouk dit avoir découvert le métier de photojournaliste à Tunis et remercie chaleureusement Patrick Gomont, maire de Bayeux et Jean-François Julliard de faire vivre la mémoire de son fils et de tous ses confrères victimes du devoir d’informer.

Michel Puech

Article publié in La lettre de la photographie du 13/10/2011

Lire tous les articles sur Lucas Dolega et tous ceux sur le Prix Lucas Dolega

Liens
http://www.prixbayeux.org
http://www.friendsofanton.org
http://www.chrishondros.com
http://www.timhetherington.com
http://www.lucasdolega.com
http://fabiopolenghi.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.