Boojum Consort, collectif de photographes

Boojum Consort (1971 / 1973)
Collectif de journalistes photographes indépendants

L’idée du Boojum Consort, et le nom de ce collectif de photographe, sont dues à deux photographes Louis Grivot dit Horace et Gérard Bois dit Gérard-Aimé .  Elle a prit son envol, au moment du mouvement de contestation dans la presse (1971/72) et à l’occasion de stages d’initiation au photojournalisme animés par Horace et Gérard-Aimé . Ces stages étaient financés par un héritier de Gertrude Stein.

La rédaction se réunissait  place Mongallet à Paris 12eme chez Simone Tassimot. Le laboratoire photo était installé à Charenton-le-Pont chez Danielle et Michel Puech. L’information était collectivisée, les reportages répartis selon les désirs de chacun, la diffusion à la presse, en mobylette, était assuré à tour de role par chacun des photographes.

Cet éphémère collectif fait partie d’un mouvement de photographes engagés ou militants à l’extême gauche ou “à la gauche de la gauche”.  Il sera à l’initiative du regroupement des photographes de l’APL et de l’ambryon de service photo de Libération dans l’agence de presse Fotolib, première agence photo liée au quotidien Libération.

————-

Membres (non exhaustif) : Horace, Gérard-Aimé, Michel Puech, René Guidicelli, Danielle Guardiola-Puech, Danielle Pappis, Jean-Pierre Pappis, Marc Sémo

Tous nos articles concernant les membres du Boojum Consort

Couverture de l’actualité sociale, politique et culturel (Jazz, Théatre, Littérature)

Parutions dans Paris Match, Le Point, L’ExpressLe Nouvel Observateur, Témoignage Chrétien, La Vie, Jeune Afrique, Bayard presse. Rouge, Lutte ouvrière, L’Unité, Politique-Hebdo, Révolution, La Cause du Peuple etc.