APL, contexte de la création de l’agence

Le 9 novembre 1970, Hara-Kiri Hebdo affiche en Une pour la mort de Charles de Gaulle: “Bal tragique a Colombey: un mort”. Titre en référence à un fait-divers, un incendit dans un dancing. Aussitôt interdit, le journal reparaît sous le nom de Charlie Hebdo.

En réaction à la censure de la Presse, lancement d’un comite de défense de la presse ou se retrouve notamment : Claude-Marie Vadrot, Evelyne Le Garrec, Jean-Claude Vernier, Claude Mauriac, Michele Manceaux, Katia D Kaup etc….

En janvier 1971, la Gauche Prolétarienne organise une grève de la faim à la chapelle St Bernard de la Gare Montparnasse pour soutenir les militants “mao” emprisonnés. Jean-Luc Godard lance à Jean-Claude Vernier: “Si on faisait une agence d’images?”

Le 29 mai 1971, Alain Jaubert, un journaliste collaborant au Nouvel Observateur est tabassé dans un car de police, puis au commissariat. C’est la goutte qui met le feu au poudre dans les rédactions. Le 4 juin 1971, 600 personnes dont beaucoup de journalistes font un sit-in devant le siège du Figaro. Numéro spécial de La Cause du Peuple sur la Presse.

Le 18 juin 1971, Maurice Clavel, Jean-Paul Sartre et Jean-Claude Vernier et crée l’Agence de Presse Libération (APL)

Le 13 décembre 1971, Maurice Clavel quitte le plateau de télévision avec un retentissant “Messieurs les censeurs, bonsoir!”. Son film “Le soulèvement de la vie” co-réalisé avec Joris Ivens a été censuré par la Présidence de la République.

Le 15 janvier 1972, Simone del Duca, propriétaire de Paris Jour, annonce 33 licenciements. Grève de 24 heures puis illimitée. Lockout et occupation de journal. Ces évènements déclenche le 1er février 1972, un grève générale de toute la presse.

Le 5 février 1972 Assassinat de Pierre Overney à la porte de Renault, photographié par Christophe Schimmel pour l’APL. Les images font la Une du journal de TF1.

8 mars 1972 Enlèvement par la Nouvelle Résistance Populaire (NRP)de Robert Nogrette, un cadre de Renault, relaché peu après. L’APL a l’exclusivité de l’information.

Juin 1972, l’APL est à son apogée. L’AFP s’est abonné comme plusieurs quotidiens et magazines de “la presse bourgeoise”.

L’idée d’un quotidien germe dans l’esprit des militants de la Gauche Prolétarienne.

Octobre 1973 premières réunions pour la constitution d’un quotidien.
En novembre 1972 Jean-Claude Vernier obtient des ayants droits l’autorisation d’utiliser le titre Libération ancien organe du mouvement de résistance Libération-Sud comme titre du futur quotidien.

28 décembre 1972, Arrivée de Serge July dans l’équipe et le 4 janvier 1973 conférence de presse à la Maison Verte à Paris en présence de Michel Foucault, Jean-Rene Huleu, Serge July, Jean-Claude Vernier, Jean-Paul Sartre. Libération est lance officiellement et le premier numéro est annoncé pour le 5 février 1973

5 février 1973 Lancement d’un numéro zéro de Libération. Le 17 mars 1973, réunion de l’équipe à Lyon. Serge July lance la formule “Libé sera un France-Soir de gauche!”

Le 18 avril 1973, Le premier numéro de Libération est en kiosques.

16 et 18 Juillet 1973 – Réunions de photographes de l’APL, du Boojum Consort et de photographes indépendants  pour la création d’une agence de presse photographique.

septembre 1973 – Création de la coopértive ouvrière de production Fotolib, agence de presse photo.

 

Sources

Il était une fois Libé par F.M. Samuelson – Edition Seuil 1979

Libération, la biographie par Jean Guisnel – Edition La Découverte 1999

Libération, un moment d’ivresse par Alain Dugrand – Edition Fayard 2013

Mai 68, et puis après ? par Patrick Fillioud – Ediition Mélibée 2018