L’hommage d’Alain Mingam à Michel Le Bris

Michel Le Bris à St Malo en 2014 (c) Geneviève Delalot

Michel Le Bris, journaliste, écrivain, fondateur du Festival Etonnants Voyageurs est décédé dans la nuit du 29 au 30 janvier 2021. Alain Mingam, son ami et collaborateur au sein du Festival, nous adresse cet émouvant hommage.

Michel,

Un soir – début 2018 – tu m’as appelé pour me prévenir de ta venue à Paris,  pour un contrôle ordinaire, m’assurais-tu.

Nous avons dîné le lendemain à la Brasserie du Dôme. Il y avait quelque chose en toi de grave et curieusement d’apaisé, pour me confier la tumeur du cerveau qu’ils t’avaient découverte.

Je te voyais, je t’entendais tel que tu as toujours été, chaleureux, cordial, fraternel, vaille que vaille au-delà des aléas de la vie, des débats passionnants, nécessaires avec chacune et chacun d’entre nous comme tu aimais tant les créer, les animer avec le public assidu de Saint-Malo.

Nous avions choisi un «  Saumur », pour rester fidèles aux Journées du Livre et du Vin que tu avais tant aimées en Pays de Loire.

Tel un Camus prêt à tous les combats – toujours animés par toi avec talent – tu t’épanchais  ce soir-là, comme à l’accoutumée avec ardeur, avec  fougue maîtrisée, sur l’idée d’écrire dans l’urgence surprenante «  Pour l’amour des Livres ».

Un soupçon « testamentaire » rôdait autour de nous, mais tu ne disais vouloir tes mémoires que sous la forme la plus évidente de ton Amour – de tes désirs de littérature, et pour cette fois – voyager au bout de toi-même.

Jusqu’à trouver fort à propos et « étonnant » bien sûr ton parcours, aussi bien nommé, qui fût le tien, depuis ton enfance à Térénez  jusqu’au Palais du Grand large à Saint-Malo, ta ville de cœur.

Corsaire, enthousiaste, acharné admirable que tu as toujours été dans le partage des mots, la jouissance, la fraternité de toutes les solidarités à défendre, à conduire.

De retour d’Afghanistan, je t’avais raconté les épisodes épiques du tournage de « L’Étoile du soldat » dans la vallée du Panshir. Tu te réjouissais déjà d’accueillir Christophe de Ponfilly en première exclusivité. La projection fût suivie, souviens toi, – d’une salve d’applaudissements déferlant en vagues successives du balcon vers la scène.

Aujourd’hui à l’annonce de ton ultime adieu – ce sont des milliers de lecteurs – de visiteurs des « Etonnants Voyageurs » qui applaudissent  avec émotion ton glorieux passé .

Pour te dire merci,  infiniment merci pour nous avoir rendus chaque année,  à Saint-Malo où tout ailleurs à chaque dîner ou déjeuner en notre douce Bretagne – pour nous avoir permis, comme tu aimais tant le croire et le dire « plus grands que nous sommes ». Le poids de ton absence sera désormais plus que jamais présent en chacune et en chacun d’entre nous.

Grand merci, Michel.

Alain Mingam

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.