[PODCAST] André Sas, génération Rolleiflex

Mis à jour le Par

Le 2 avril 2020, à l’âge de 91 ans, le photographe André Sas est décédé à Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne). Un podcast de Jean-Louis Vinet et Michel Puech en hommage à André Sas avec Raymond Depardon, Alain Genestar, Raymond Delalande, Daniel Cande et Eric Dessons.

Ecouter (Durée 16’34)

En octobre 2019, Mohamed Lounès, de l’agence Gamma, et Christian Ducasse, qui l’a connu à l’Association des journalistes reporters photographes, l’avaient trouvé encore l’œil pétillant.

Mais depuis le décès de Lucette, sa marseillaise de femme, il a vécu difficilement dans son appartement du Marais. Finalement, il s’est retrouvé en maison de retraite dans le Val-de-Marne.

Il était né le 26 septembre 1928 à Marseille. Au pays de la Canebière il avait été boulanger avant que son oncle le photographe Louis Foucherand ne le fasse venir à la capitale. Il était devenu photographe et ami de Raymond Depardon.

André Sas est l’un de ces photographes que l’on voit sur les photos d’après -guerre, le Rolleiflex à la main, le flash prêt à éblouir Juliette Gréco et Miles Davis amoureux, Jeanne Moreau, la Callas ou de Gaulle….

« André Sas s’est faufilé dans les coulisses, entre deux portes il l’a shootée » écrit Philippe Broussard dans ses mémoires[1] en racontant le concert de Billie Holiday en 1958 à l’Olympia.

« J’aimais beaucoup André Sas. » confie Hugues Vassal son collègue de l’époque. « On se voyait tout le temps à l’Olympia et j’ai regretté qu’il ne nous rejoigne pas au début de Gamma »

En fait André Sas a travaillé avec Raymond Darolle à l’agence Europress qui eut son heure de gloire dans les années 1960, puis il a été diffusé par Gamma et par Sygma. Il a également collaboré à une petite agence spécialisée dans la musique, Méphisto, avant de confier à Rapho ses archives que Raymond Grosset appréciait.

En 1975, il rejoint la rédaction du Journal du Dimanche et prend la direction du service photo jusqu’à sa retraite en 1996.

Parler d’André Sas, photographe, c’est se replonger dans la France des années 1950/1960. La France qui se reconstruit, qui savoure une liberté retrouvée.  C’est une époque où les photographes indépendants sont peu nombreux, où la concurrence est rude car les quotidiens et les hebdomadaires ont encore beaucoup de photographes salariés à plein temps.  Il faut être meilleur que les collègues de Paris Match ou de France-Soir, meilleurs que ceux de France Dimanche ou de L’Aurore

Ils roulent en Peugeot 203, en Frégate Renault, viennent juste d’abandonner les appareils Gaumont à plaques de verre pour le Rolleiflex. Les téléphones sont rares et  les artistes n’ont pas encore d’attaché de presse. Et il n’y a pas de caméra, ni de micro …  Les photographes peuvent interpeller les vedettes de la chanson ou les politiques, même les plus grands, pour un sourire, un geste de la main …

Générique

Ce podcast a été réalisé par Jean-Louis Vinet avec les sons de Michel Puech.

Avec les interviews de :

  • Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction du Journal du Dimanche, aujourd’hui Président fondateur de Polka,
  • Raymond Depardon, photographe, co-fondateur de l’agence Gamma aujourd’hui à Magnum Photos,
  • Daniel Cande, ancien photographe et ami d’André Sas,
  • Raymond Delalande, photographe à l’Aurore puis au Journal du Dimanche, collaborateur de Sipa Press,
  • Éric Dessons, photographe au Journal du Dimanche.

Tous ces sons ont été enregistrés en avril 2020

Voir la page d’André Sas sur A l’oeil

Vous pouvez retrouver tous nos podcasts

[1] « Vivre cent jours en un » de Philippe Broussard – Édition Stock (2015)

1 Response

  1. Je lui dois beaucoup. Il m’a fait confiance et entrer au JDD où j’ai fait ma carrière de photographe jusqu’à lui succéder à la tête du service photo. Passionné de vélo (il avait été coureur amateur), je garde de lui cette maxime qu’il nous répétait quand on se plaignait: “Comme disait mon père, t’as voulu un vélo, alors maintenant pédales!“.

    Il avait commencé sa vie comme boulanger et se réveillait aux aurores tous les matins et il prévenait toute la rédaction si une actualité nouvelle était arrivée durant la nuit. Beaucoup de réveils difficiles mais aussi de reportages exclusifs pour le journal. Beaucoup de regrets de sa disparition et aussi de l’avoir perdu de vue ces dernières années.

    Patrick Othoniel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.