La Gacilly: entretien avec Emanuele Scorcelletti

Emmanuele_Scorcelletii_002
© Emanuele Scorcelletti

Jusqu’au 30 septembre 2015, vous pouvez voir en Bretagne, à La Gacilly, dans le cadre du Festival photo peuple et nature, de très belles expositions, pour beaucoup en plein air. Un entretien a écouter sur WGR.

Ecouter l’entretien sur WGR

Torre di Palme (Marche)
Torre di Palme (Marche) © Emmanuele Scorcelletti
portrait
© Marc de Giovanni

A côté de Sarah Moon, de Robin Hamond, de Georges Steimetz et d’autres talents, Flore et Cyril Drouhet, les commissaires d’expositions, ont mis en avant, cette année, la photographie italienne

Des expositions de Piergiorgio Branzi, Franco Fontana, Alessandro Grassani, Mirella Ricciardi, Paolo Pellegrin….Mais, également de Mario Giacomelli, un photographe qui est – comme on dit – « pays » avec Emanuele Scorcelletti, le plus jeune de la bande. Il a 50 ans.

Emanuele Scorceletti, je ne le connaissais pas. Mais, comme vous j’ai inévitablement vu beaucoup de ses images pour la publicité.

Impossible de les manquer, Il travaille pour les grandes marques de luxe comme Dior, Chanel, Lancôme, Gucci … Il photographie Audrey Tautou, Vanessa Paradis, Sharon Stone, Monica Bellucci, Emma Watson, Evan Rachel Wood et une pléthore de tous ces people qui passionnent paraît-il le peuple, et font vendre.

51xxI0lw2BL._SX424_BO1,204,203,200_En 2003, il a même décroché un World Press Photo pour un instant magique de Sharon Stone sur les marches du festival de Cannes. Une photo qui a fait le tour du monde.

Mais cet italien né au Luxembourg, qui parle quatre langues couramment, expose à La Gacilly un travail beaucoup plus personnel. Une recherche sur sa propre identité, sur le pays d’origine de son père : la région des Marches.

Emmanuele Scorcelletti dans les Marches © DR

Ce fan d’Henri Cartier-Bresson, a quitté les studios pour un Leica M6. Avec l’appareil de son maître, il a traqué les instants décisifs pour renouer avec sa propre histoire.

Le résultat, ce sont des images intemporelles, pleines de la nostalgie d’une Italie que l’on croyait disparue mais qui reste toujours séduisante quand elle est bien regardée. A Vanves, dans la banlieue parisienne son pied en France, Il nous reçoit avec une chaleur méditerranéenne.

Michel Puech

Em-dans-Les-Marches
Emmanuele Scorcelletti dans les Marches © DR