Christian Maillard,
commercial à l’agence Sipa n’est plus

Dernière mise à jour Par
Christian Maillard de Sipa press © Rémy Cortin
Christian Maillard de Sipa press © Rémy Cortin

Dans la nuit du mercredi au jeudi 19 février 2015, Christian Maillard est mort prématurément au Touquet-Paris-Plage. Il était né le 22 Janvier 1963 à Tourcoing et avait trois enfants. Très connu dans les journaux, les magazines et les agences françaises, il était très estimé de toute sa profession.

« C’était un mec chouette et c’était le beau gosse de Sipa avec son allure de George Clooney » dit Mete Zihnioglu, le rédacteur en chef de l’agence Sipa press, très affecté.  « Christian était tellement sérieux dans son travail, gentil, adorable, serviable. Sipa, c’est une famille qui ne ressemble pas à d’autres agences. Il faisait partie de notre famille. Pour Christian, il y avait ses enfants d’abord et l’agence. Sipa était sa deuxième famille. Tout le monde le respectait à Sipa, et partout dans la profession. Il nous représentait tellement bien dans les rédactions. »

Au-delà delà de l’agence Sipa, l’émotion a gagné de nombreux professionnels de la photographie de presse. Après différents postes de commercial dans de grandes entreprises, Christian Maillard avait débuté dans la presse au milieu des années 80 par l’agence Keystone.

En 1987, il a intégré l’agence Sygma rue Lauriston à Paris. Pour Hubert Henrotte, fondateur de Gamma puis de Sygma, « Christian était un garçon adorable, sérieux, travailleur, honnête et apprécié de tous les professionnels. » Ce que confirme avec beaucoup d’émotion Tony Rubichon, hier un de ses collègues à Sygma, aujourd’hui à la direction de l’agence Bureau 233 : « S’il y avait un mec bien dans cette profession, c’était lui. Un super, super mec ! »

Michel Chicheportiche, directeur de l’agence News pictures, et qui était à l’époque « 1er vendeur » de Sipa, s’en souvient lui aussi comme d’un « homme gentil, agréable, très poli, distingué, avec une certaine faiblesse. A Sygma, il avait devant lui de grosses pointures et puis, Sygma c’était une agence dure. Je suis allé le débaucher. A Sipa c’était plus décontracté, du moment que le boulot était fait.»

Il faut savoir que la hiérarchie des commerciaux d’agence de photo presse est simple : le « 1er vendeur » s’occupe des grands magazines comme Paris Match, VSD, le Figaro Magazine, le « 2ème vendeur » des titres qui achètent moins de photos et ainsi de suite. Christian Maillard avait commencé comme « 3ème vendeur » chez Sipa avant de devenir il y a cinq ans le premier. Il était le « plus gros salaire de l’agence » confie Mete Zihnioglu.

 

Un passionné d’art et de beauté

« Christian et moi, on se connait depuis la sixième» confie, la voix étranglée par le chagrin, l’ancien photographe de Sygma, Dominique Aubert, qui a encore reçu un sms de son ami la veille de sa brutale mort. C’est Dominique Aubert qui l’a fait embaucher à Keystone puis à Sygma.

« C’était un gars du Nord comme moi. Nous habitions pas loin l’un de l’autre. Enfants, nous étions tout le temps ensemble. On a fait les 400 coups. Nous étions des chenapans ! Son père Luc Maillard était architecte et passionné d’art. Luc et sa femme nous emmenaient le week-end visiter des musées. Ensuite son père nous demandait : qu’est-ce que je vous ai appris sur les peintures sur bois du 9ème siècle ? Et sur l’art du cuir de Cordou ? »

« A 11 ans, il nous faisait lire la revue d’art L’œil et nous menaçait de nous priver de cinéma si Christian et moi n’étions pas capables de raconter quelque chose de lu dans cette revue. Mais il blaguait, nous allions toujours au cinéma ! »

« Plus tard, Christian a fait l’école d’art de Saint-Luc à Bruxelles. Il avait un bon coup de crayon et il était devenu comme son père, un passionné d’art, un amoureux des belles choses et de la photographie. C’était mon ami.»

Michel Puech

La cérémonie pour Christian Maillard aura lieu le jeudi 26 février à 14h15 en l’église Notre Dame de Chatou (RER A Station Chatou-Croissy – en voiture à coté du Pont de Chatou)

Remerciement à Rémy Cortin pour autoriser la reproduction de cette photographie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.