[Up-date] Une photo d’homosexuels de Mads Nissen lauréate du 58ème World Press Photo

Jonathan Jacques Louis, 21 ans, et Alexander Semyonov, un couple homosexuel de Saint-Pétersbourg. C'est la photographie de l'année (c) Mads Nissen / Scanpix / Panos Pictures
Jonathan Jacques Louis, 21 ans, et Alexander Semyonov, un couple homosexuel de Saint-Pétersbourg. C’est la photographie de l’année ©Mads Nissen / Scanpix / Panos Pictures

Un couple d’homosexuels « dans son intimité » photographié en Russie par le danois Mads Nissen de l’agence Scanpix est le grand lauréat d’un World Press où 20% de la production a été éliminée pour cause de manipulation de l’image. 

Up-date 13/02/2014, rectificatif en bas d’article.


A l’heure où à une portée de canon de la zone interdite de Tchernobyl se joue l’avenir immédiat de l’Ukraine : guerre ou paix, à l’heure où l’Etat islamique fait un barbecue avec un pilote jordanien, où Boko Haram viole, pille, massacre, à l’heure où le monde est pris d’une folie meurtrière, quelques semaines après le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo, le photo club d’Amsterdam prime une belle image bien posée, bien cadrée d’une scène d’homosexualité !

A croire que ces dames et messieurs du World Press Photo ont souhaité donner un argument de plus à Poutine pour alimenter ses diatribes sur la dégénérescence de l’occident.

Entendons-nous, je n’ai rien contre les homosexuels mâles, femelles ou transgenres. J’ai autant d’intérêt pour la sexualité de mes contemporains que pour leurs religions. Rien à foutre ! Qu’ils prient ou baisent qui bon leur semble, c’est leur affaire. L’humanité misérable a d’autres soucis !

Entendons-nous, je n’ai rien non plus contre Mads Nissen qui est un excellent photographe maintes fois récompensé et qui démontre avec cette image ses compétences, et les capacités de son boitier en basse lumière. Le reportage de Mads Nissen est magnifique. Le problème n’est pas le travail du photographe, mais celui du jury.

Pour être précis je dirai même DES jurys, car l’an dernier avec la photo de John Stanmeyer (agence VII) représentant des migrants téléphonant au clair de lune, c’était déjà l’esthétisme qui était primé.

La photo de l’an dernier

World Press 2013 – 26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER/VII POUR “NATIONAL GEOGRAPHIC”
World Press 2013 – 26 février 2013, Djibouti. Des migrants africains tentent de capter le réseau téléphonique somalien (moins cher) depuis Djibouti, pour joindre leurs proches. Crédits : JOHN STEINMEYER / VII POUR “NATIONAL GEOGRAPHIC”

 N’étant pas à Amsterdam, c’est sous la compétente plume d’Olivier Laurent, journaliste à Time que je lis cet étonnant commentaire de Pamela Chen, membre du jury et  editorial director (sic) d’Instagram: « Aujourd’hui, les terroristes utilisent des images graphiques pour la propagande. Nous devons répondre avec quelque chose de plus subtil, intense et réfléchi. Nous étions à la recherche d’une image qui sera la question demain, pas seulement aujourd’hui. L’image gagnante montre ce qu’un photographe professionnel peut faire dans une situation de vie quotidienne. »  (Voir rectificatif en bas de page)

« You don’t need to go to war to enter the Pantheon of ‪#photojournalism‬ »

Joint au téléphone, Patrick Baz, directeur photo à l’AFP pour le Moyen-Orient s’exclame « Où est-il écrit que le World Press doive récompenser une photo de guerre ? L’actualité mondiale a ses catégories. Il y a des gagnants, les meilleurs ! Le World Press n’est pas une agence de presse, ni un magazine. Nous avons primé un travail qui résume tout, l’amour, la guerre… C’est un vote unanime ce qui est rare au World Press. »

Une embarcation de migrants venus de Libye est escortée par la marine italienne dans le cadre de l'opération "Mare Nostrum", le 7 juin 2014 - Catégorie "Actualités"  (c) Massimo Sestini
Une embarcation de migrants venus de Libye est escortée par la marine italienne dans le cadre de l’opération “Mare Nostrum”, le 7 juin 2014 – Catégorie “Actualités” (c) Massimo Sestini
Dans une cuisine partiellement endommagée, après un bombardement à Donetsk, le 26 août 2014. Ce jour-là, les affrontements ont fait au moins trois morts et une dizaine de blessés dans la principale ville de l'est de l'Ukraine. Catégorie "Actualités" : (c) Sergei Ilnitsky / European Pressphoto Agency
Dans une cuisine partiellement endommagée, après un bombardement à Donetsk, le 26 août 2014. Ce jour-là, les affrontements ont fait au moins trois morts et une dizaine de blessés dans la principale ville de l’est de l’Ukraine. Catégorie “Actualités” : (c) Sergei Ilnitsky / European Pressphoto Agency
Des uniformes appartenant à quelques-unes des 300 jeunes filles kidnappées par Boko Haram, au Nigeria. Catégorie "Actualités" : (c) Glenna Gordon
Des uniformes appartenant à quelques-unes des 300 jeunes filles kidnappées par Boko Haram, au Nigeria. Catégorie “Actualités” : (c) Glenna Gordon
Ebola Virus for National Geographic Magazine
Hastings (Sierra Leone), le 23 novembre 2014. Des membres du personnel médical viennent en aide à une personne atteinte par le virus Ebola, et souffrant d’une crise de délire. Catégorie “Actualités” (c) Pete Muller / National Geographic / The Washington Post
 Istanbul, le 12 mars 2014. Une jeune fille pleure après avoir été victime des gaz lacrymogènes lancés par la police contre des manifestants. Le défilé avait été déclenché par la mort de Berkin Elvan, 15 ans, lors d'un précédent affrontement. Catégorie "En bref" (c) Bulent Kilic / AFP
Istanbul, le 12 mars 2014. Une jeune fille pleure après avoir été victime des gaz lacrymogènes lancés par la police contre des manifestants. Le défilé avait été déclenché par la mort de Berkin Elvan, 15 ans, lors d’un précédent affrontement. Catégorie “En bref” (c) Bulent Kilic / AFP
Catégorie "En bref" : Jérôme Sessini/Magnum Photos pour Time Magazine
Un prêtre orthodoxe bénit des manifestants pendants les affrontements qui ont secoué la ville de Kiev, pendant l’hiver 2014. Catégorie “En bref” (c) Jérôme Sessini / Magnum Photos pour Time Magazine

Il est exact que dans les catégories « News », les sujets de l’année ont été primés comme le montrent les images ci-dessus, mais, comme chaque année, ce que la presse mondiale retiendra de cette 58ème édition du World Press Photo c’est LA photo lauréate, celle de Mads Nissen,  et non les autres photos primées dans les innombrables catégories.

Le message du jury du World Press

Ce message ne s’adresse pas au public mais aux professionnels. Patrick Baz le résume d’un tweet : « You don’t need to go to war to enter the Pantheon of ‪#‎photojournalism‬ » et ajoute au téléphone « Il y avait cent photographes à Gaza, tu trouves ça normal ? »

Et, là, nous sommes au cœur du sujet, les photo-éditeurs des magazines et des agences de presse sont effrayés par le nombre de jeunes photo-reporters qui se lancent sur les terrains de guerre sans expérience, sans assurance et sans garantie financière alors que les risques de blessures, de prise en otage ou d’assassinat sont de plus en plus importants.

La guerre en Syrie avec ses décapitations de journalistes a fait réfléchir les rédactions. Cela se traduit par une plus grande prudence des éditeurs. Il est très difficile aujourd’hui pour un apprenti reporter de placer ses photos s’il est parti sans accréditation, et il est encore plus difficile d’en décrocher une !

D’un autre côté, la maîtrise de la propagande audiovisuelle de l’Etat islamique avec ses vidéos barbares dévalorisent les images des professionnels. Les bourreaux sont toujours mieux placés que les journalistes pour mettre en boite leurs horribles faits…

Et, du coup, les professionnels qui arrivent à être les témoins d’assassinats individuels ou de masse deviennent vite suspects aux yeux même de leurs confrères.

Au Prix Bayeux Calvados en octobre dernier, le jury des pros avait été scandalisé par la projection d’une décapitation faite par un photographe turc. On avait pu entendre le terme de « collabo » prononcé par des confrères. Et pourtant, le jury du public avait, lui, primé ce reportage !

En mettant en avant la photographie de ce couple d’homosexuels, le jury du World Press a visiblement voulu, une fois de plus, rappelé que le photojournalisme n’est pas qu’une histoire de sang et de bang-bang, mais ce message destiné aux pros, ne marque-t-il pas également un divorce entre le ressenti des photo-éditeurs et le public ?

Après tout, ce divorce est déjà inscrit dans la désaffection du public pour les journaux et magazines et son engouement pour les réseaux sociaux et l’info en continu.

Michel Puech

Liens

Toutes nos informations sur le World Press Photo

Rectificatif source World Press Photo:

Incorrect attribution of judge’s commentary in press release

In an earlier version of the press release announcing the winners of the 2014 World Press Photo contest, a quotation was mistakenly attributed to jury member Pamela Chen.

The correct comment by Ms Chen should have been:

“We were looking for an image that would matter tomorrow, not just today. The winning image demonstrates what a professional photographer can do in a daily life situation, setting a professional standard for story-telling in life. This is a contemporary issue, it is daily life, it is news, it has spot news resonance, it has general news resonance, but it also brings up the issue in a very deep and challenging way. It is quite universal.”

The first part of the comment should have been attributed to another jury member Alessia Glaviano, whose statement reads as full:

“I was hoping for a picture that was open and multilayered, not only about a single event, but a global issue. Today, terrorists use graphic images for propaganda. We have to respond with something more subtle, intense and thoughtful. The photo has a message about love being an answer in the context of all that is going on in the world. It is about love as a global issue, in a way that transcends homosexuality. It sends out a strong message to the world, not just about homosexuality, but about equality, about gender, about being black or white, about all of the issues related to minorities.”

World Press Photo regrets the mistake.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.