[CP] La France ne peut ignorer la répression contre les journalistes en Azerbaïdjan

Communiqué de presse commun des syndicats SNJ, SNJ-CGT, CFDT Journalistes)

 

 

La France ne peut ignorer la répression contre les journalistes en Azerbaïdjan

Les syndicats français de journalistes (SNJ, SNJ-CGT, CFDT Journalistes), membres de la Fédération européenne des journalistes (FEJ, 300.000 adhérents), souhaitent attirer l’attention du président François Hollande à l’occasion de la visite à Paris de son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev sur la grave situation de nombreux journalistes azéris.

Plus d’une dizaine d’entre eux sont incarcérés dans les geôles de Bakou ou bien poursuivis par la justice, et empêchés de faire leur métier librement par ces mesures portant atteinte à la liberté d’expression dans ce pays, l’un des plus répressifs sur le continent européen.

C’est le cas notamment de Khadija Ismayilova, journaliste d’investigation, ainsi que de huit autres journalistes et huit bloggers, comme Abdul Abilov, condamné à 5 ans et demi de prison, et Parviz Hashimli, condamné à 8 ans de détention, qui ont osé porter des critiques contre le gouvernement.

Les syndicats SNJ, SNJ-CGT et CFDT Journalistes appellent le président Hollande, au nom du pays des droits de l’Homme, à ne pas passer sous silence cette situation. Il faut tout mettre en œuvre pour obtenir la remise en liberté des journalistes détenus et avec la FEJ exiger que Bakou mette un terme à la criminalisation de nos confrères azéris.

Paris, le 27/10/2014