PhotoMed 2013, my “diary” in “Le Journal”

Mis à jour le Par

 Photomed-Sanary 2013

France, Côte d’Azur, ciel bleu. De la lumière « en veux-tu, en voilà ! ». PhotoMed, le festival de la photographie méditerranéenne a tous les atouts pour plaire à n’importe quel amoureux de photographie.

Un petit port à la tropézienne : Sanary, une croisette à la cannoise : Bandol. Deux baies, deux îles comme deux glaçons dans un pastis, des coteaux ensoleillés à Bandol… Tout pour séduire le touriste amateur d’expositions de qualité en des lieux agréables et accessibles à pied.

JournalLogo_

Article publié dans Le Journal de la Photographie du lundi 27 mai 2013

Avec Jean-Luc Monterosso, l’amateur comme le professionnel sont assurés d’en avoir pour leurs yeux, et les touristes égarés ont de quoi s’étonner à l’œil. Les 22 expositions sont « offertes ». Attention, Ferdinand Bernhard, maire de Sanary, un chirurgien-dentiste de 61 ans, y tient beaucoup « offerte, pas gratuite ». Il compte ses sous le maire ! On l’a compris à la conférence de presse lorsqu’il a exprimé sa satisfaction d’avoir une « plus belle manifestation cette année que l’an passé… » en ayant octroyé moins de subventions !

C’est à Toulon, à l’Hôtel des Arts, que se tient l’exposition la plus prestigieuse « Ossessione Urbana » de Gabriele Basilico, disparu il y a quelques mois. A Sanary, les photographes slovènes et libanais sont à l’honneur. Pour l’heure, la mairie du lieu a même hissé le drapeau du cèdre à son fronton. Le Liban est l’invité de cette édition, comme le furent le Maroc et la Turquie les années précédentes. On découvre de jeunes photographes entreprenants et les images de Beyrouth (période de la guerre) de Fouad Elkoury.

photomed-2013 Photomed-Sanary 2013 Photomed-Sanary 2013 Photomed-Sanary 2013

Remarquables également les portraits de Simone Signoret, d’Yves Montand, de Georges Semprun, de Régis Debray et de Costa-Gavras, le réalisateur de films. Une exposition en avant-première de celle qui va s’ouvrir à la Maison Européenne de la Photographie.

A Sanary, mais aussi à Bandol, surprise, Jean-Luc Monterosso a invité les deux paparazzi les plus célèbres de la place de Paris : Bruno Mouron et Pascal Rostain. « Dolce Vita » nous fait redécouvrir quelques images de stars que les duettistes ont sélectionnées dans leur archives « en prenant souvent la photo d’à côté. Pas celle publiée à l’époque, mais celle faite juste avant ou après. »

Visiblement, Bruno Mouron et Pascal Rostain sont enchantés de devenir des stars à Sanary et à Bandol. « Des photos prises dans la rue, qui se retrouvent exposées dans la rue… Qu’est-ce que tu veux de mieux ? » Et c’est vrai que leurs images s’accordent bien avec les panneaux urbains et la foule qui déambule au soleil sur le port de Bandol.

L’île de Bendor, à quelques encablures de la croisette de Bandol, fut conçue par Paul Ricard comme une résidence pour artistes. Madame Ricard, veuve de Patrick, le fils du fondateur de la célèbre maison de pastis, est donc ravie d’accueillir des photographes. Deux expositions ont trouvé place ici dont celle du magnifique travail sur « Les Grecs » de Katerina Kaloudi.

A côté des expositions, le festival organise également des débats, des stages, un concours. Tout l’attirail pour réussir une belle manifestation. Et elle l’est. Les « deux Philippe » Philippe Heullant et Philippe Serenon, ont su réaliser un très bon cocktail et Sylvie Grumbach du 2ème bureau met parfaitement en média le festival.

Michel Puech

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.