Gamma/Sygma
L’opération commando par Henri Bureau

Issy-les-Moulineaux le mercredi 24 avril 2013 vers midi. Henri Bureau a tourné en voiture un moment. Dans le téléphone mobile, il râle : « Je n’ai pas que ça à faire… » Finalement il gare sa C4 à un coin de rue et je le rejoins.

Il fait beau. On fait terrasse en banlieue parisienne. L’ours du métier n’est pas souriant, mais disponible, pour raconter sa vision de l’éclatement de Gamma et de la création de Sygma. Le ton n’est pas froid. L’émotion d’hier est encore à fleur de peau. Les blessures ne sont pas cicatrisées. Photographe aux Reporters Associés, puis l’un des fondateurs de la renommée de Gamma, il confirme ici son rôle de leader des photographes et du personnel durant la « révolution » qui a fondé Sygma. Il deviendra l’un des photographes star de Sygma, avant d’en prendre la rédaction en chef. Mais pour les livres d’Histoire, il est le photographe qui a immortalisé le Général de Gaulle en mai 1968 pour le Gamma encore dirigé par Hubert Henrotte.

Michel Puech

 

Henri Bureau: L’opération commando

«  C’est comme cela que ça c’est passé. » par Henri Bureau

« Gamma c’est quatre personnes, réunies à parts égales dans une société. Un qui sillonne Paris sur sa Vespa, c’est Jean Monteux ; Raymond Depardon, Hugues Vassal, Léonard de Raemy qui photographient. Et puis il y a Hubert Henrotte qui est le patron, le directeur de l’entreprise. Et… Gilles Caron qui a disparu !»

«  Début 1973, Il y a un conflit d’autorité entre Henrotte et ses partenaires. Un jour, parce que je suis le sixième à être arrivé à Gamma, juste après Gilles Caron, Henrotte vient me voir pour me dire que son autorité est contestée en particulier par Raymond Depardon et Hugues Vassal… Peu après il me téléphone pour m’annoncer qu’il va demander les pleins pouvoirs à une réunion des associés de Gamma, qu’ils vont lui refuser et qu’il partira ! Je suis stupéfait. »

« Le lendemain, j’informe le personnel de l’agence. Je vais au labo, aux archives… Je téléphone aux photographes, à Dejean, à Noguès, à Simonpietri… Il y a un vent de panique à l’agence. On ne voit plus Henrotte… Et on se dit : « Si HH s’en va, nous aussi ! »

« Dans les jours qui ont suivi, de chez moi, nous avons téléphoné aux correspondants, aux agents à l’étranger, c’était la révolution !»

« Partir d’accord, mais nous n’allions pas partir les mains dans les fouilles ! »

On va partir avec nos archives ! On a récupéré nos négas, nos planches contact, nos couleurs, mais pas les tirages qui appartenaient à l’agence. On a été réglo, honnête. On a recopié à la main tous les cahiers d’enregistrement des reportages. Sur ces cahiers il y a l’écriture de tout le monde…. Tout le monde était mobilisé. James Andanson s’occupait de la photocopieuse… On travaillait 24h sur 24, sans voir personne car du personnel il n’en restait que deux : Floris de Bonneville, le chef des infos et Michel Cabellic aux archives. »

« Un jour Hugues Vassal est arrivé complètement saoul. Il a dit qu’il allait mettre le feu à l’agence ! C’est ce jour là que nous avons décidé de déménager nos archives dans le garage de James Andanson dans sa maison de Nogent-sur-Marne. On a fait ça en une nuit. Tous les photographes étaient là. »

« Le vendredi suivant, il y avait un pot à l’agence, selon la tradition. Hubert Henrotte est arrivé, il s’est assis à côté de moi. Il m’a dit :

«  Henri, tu ne vas pas le croire…. Ils ont signé pour me donner les pleins pouvoirs…. »

«  Tu as ton accord Hubert. Bravo. Mais nous – c’est-à-dire tout le monde sauf de Bonneville et Cabellic, – nous partons ! A toi maintenant de voir… »

Le dimanche suivant, on se retrouve tous, les photographes, pour un déjeuner à Arpajon chez Simonpietri. Il faisait beau et nous avons invité Hubert Henrotte à la fin du repas pour lui dire qu’on le voulait comme patron. Une vraie déclaration d’amour ! »

«  C’est comme cela que ça c’est passé. »

Propos recueillis par Michel Puech

Tous les articles publiés sur la scission Gamma/Sygma 

 

Links

http://www.corbisimages.com/photo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.