Visa au jour le jour #3

Mis à jour le Par
Campo Santo lundiCampo Santo © Geneviève Delalot pour “A l’oeil”

 

Lundi 3 septembre 2012 – Bloc note en direct de Perpignan publié dans Le Journal de la Photographie et dans le Club Mediapart

Aurélie Filipetti, notre Ministre de la Culture déclare que Visa « représente représente une indispensable ouverture sur le monde. Y aller, c’est à la fois s’informer, soutenir le photojournalisme, magnifique expression de la liberté…/…  » Mais la Ministre ne viendra pas à Perpignan !

Lundi 3 septembre

Palais des CongrèsPalais des Congrès© Geneviève Delalot pour “A l’oeil”

Le Palais des Congrès commence à s’animer du côté du bureau des accréditations. Au second étage, les deux petites dizaines de stands se meublent.

14h00 – Aurélie Filippetti, notre Ministre de la Culture déclare que Visa « représente représente une indispensable ouverture sur le monde. Y aller, c’est à la fois s’informer, soutenir le photojournalisme, magnifique expression de la liberté de dire, et découvrir de grands talents artistique. » dans une interview à notre confrère le mensuel « Photo ».

Hélas la ministre souhaitait rencontrer la profession à l’aube ce samedi 8 septembre. On lui expliqua que les soirées sont longues à Perpignan et l’aurore peu propice aux échanges. Impossible de trouver un autre créneau dans son emploi du temps.
Aurélie Filippetti ne viendra donc pas à Perpignan !


JF Leroy sur le stand de Polaris ImagesJF Leroy sur le stand de Polaris Images© Geneviève Delalot

16h00 – « Avant de partir de New York en rangeant mon bureau, j’ai retrouvé le panneau qui récapitule les agences présentes… Il y a cinq ans, je l’avais gardé en souvenir. » confie Jean-Pierre Pappis, le directeur-fondateur de l’agence Polaris Images. « Il y avait quarante stands d’agences ! » m’assène-t-il avec un sourire après avoir mis un silence pour augmenter le suspens.

Face au stand de l’agence Polaris Images, sur le stand de Sipa press, Fehrit Duziol s’active pour accrocher d’équerre les photos de l’agence. « Je suis là depuis hier. Mete Zinoglu, directeur général adjoint de Sipa press sera là ce soir et Erik Monjalous mercredi soir ».

Stand de l’agence Sipa (Groupe Dapd)© Geneviève Delalot

Chez Cosmos Images (Voir l’édition dans Mediapart), toutes les photos sont déjà accrochées et IP3 PRESS, l’agence fondée par Rémi Ochlik, termine l’installation de son premier stand à Visa pour l’image. Je cherche en vain celui de Fedephoto. Ces habitués de Perpignan ont, tout comme Abaca, déserté le Palais des Congrès.

Interrogé au téléphone, Jacques Torregano, l’un des responsables de Fedephoto explique « un stand, entre la location et les photographes qui font le voyage, ça revient facilement à 7000 euros… Nous avons préféré depuis l’an dernier orienté autrement notre communication. »

François Lochon de Gamma-Rapho pensait revenir cette année, mais à trop attendre, le dernier stand libre lui a échappé. Il arrive demain à Perpignan pour « parler de notre magazine sur IPad. Nous renversons la chaîne : aujourd’hui c’est une agence qui crée un magazine gratuit sur l’AppleStore. »

En réponse à mon interrogation via Facebook, Jean-Michel Psaïla, patron d’Abaca est plutôt sec : « Pas vraiment d’écoute, ni de reconnaissance de la part des organisateurs, donc pas d’argent à dépenser inutilement….. Nous serons présents autrement….».

Plusieurs patrons d’agence n’ont pas la franchise de Jean-Michel Psaila mais se plaignent également que la location d’un stand n’encourage pas Jean-François Leroy à projeter les reportages de leurs photographes. Ce n’est pas tout à fait exact si l’on constate l’écrasante présence des photos de Getty Images lors des soirées de projections …

Mais, d’un autre côté, ceux que les « mauvaises langues » appellent les « chouchous  de Jean-François », les agences Noor ou VII, ne siègent pas au Palais des Congrès. Tout comme Magnum Photo, ils sont ailleurs dans Perpignan, mais bel et bien là.

Jean-François Leroy interviewé par France 3© Geneviève Delalot

19h00 – En plein vent devant le Palais des Congrès qui s’est vidé, Jean-François Leroy attend l’antenne du journal régional de France 3 pour une interview en direct. Mathias Hobeniche du 2ème Bureau s’inquiète « s’il le font attendre trop longtemps… ». Il est satisfait que l’émission culturelle phare de Arte, Métropolis tourne un reportage sur Visa. (Difusion samedi 14h)  « Nous espérons TF1 et France 2, mais ce n’est pas gagné. »

21h30 – Le Campo Santo n’est pas loin d’être plein pour la première soirée de projection présentée par le maître des lieux accompagnée d’une nouvelle collaboratrice, Pascale Bourgaux, de la RTBF, qui remplace Claire Baudéan de France Info.

Parmi les reportages projetés : « Athènes, le sparagmos » un reportage sur les évènements en Grèce par Maro Kouri de l’agence Polaris, «Du sport sous les balles en Afghanistan” de Franck Seguin pour le quotidien L’Equipe et « Football en Palestine” de Patricio Estay/Nazca Vision.

Deux remarquables reportages de Brent Stirton/Getty images dont l’un sur le braconnage des rhinocéros pour les vertus soit disant aphrodisiaques de leurs cornes… J’ai bien aimé dans un tout autre ordre le sujet sur le Front National en région PACA de France Keyser/MYOP, surtout que les reportages en France ne sont pas légion habituellement ici.

Je vous épargne le reportage sur le vaudou au Bénin, la diaspora tibétaine… Je fais une « overdose » de ces thèmes éculés. Une mention spéciale par contre à Amnon Gutman pour le reportage de ce photographe israélien sur les travailleurs palestiniens et clandestins dans leur pays. Très applaudi.

Mardi 4 septembre

Doug Menuez et madame au Café de la Poste© Michel Puech

9h00 – Petit déjeuner avec Doug Menuez et madame. Comme le laissait entrevoir ses propos en conférence hier matin, l’homme est vraiment sympathique et ouvert. Nous comparons nos expériences, lui a suivi pendant quinze ans (1985-2000) les pionniers de la Silicon Valley pendant que j’écrivais à la même époque sur l’épopée du Minitel.

« Ah le Minitel ! » s’exclame-t-il « Tous les ingénieurs de la Silicon Valley le connaissaient et étaient fascinés par l’expérience française ».

Michel Puech pour le texte, Geneviève Delalot pour les photos

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.