Pour 2,69 milliards d’euros, des millions de photos !

A l'oeil est gratuit dans le Club Mediapart, ça ne vous empêche pas de vous abonnez au journal !Le fonds d’investissement Carlyle Group et la direction de Getty Images ont annoncé mercredi 15 août 2012 la finalisation du rachat à Hellman & Friedman, un autre fonds d’investissement, du leader mondial de la photographie « en ligne » pour 3,3 milliards de dollars (2,69 en euros).

 

Article publié le 16 aout 2012 dans le Club Mediapart

Selon le communiqué de presse diffusé sur le marché anglo-saxon, l’accord prévoit que le fonds d’investissement Carlyle Group  aura une participation qui lui permettra de contrôler la société.

Une source proche du dossier a indiqué à l’AFP que la transaction s’apparentait à une co-entreprise, la part de Carlyle dépassant légèrement les 50%, ce qui lui donne le contrôle de Getty Images, tandis que les fondateurs, le président de l’agence, Mark Getty et son directeur général, Jonathan Klein ont augmenté leurs parts de quelque 30% à un peu moins de 50%.

Le fonds Hellman & Friedman avait acquis Getty Images en  2008 pour 2,4 milliards de dollars et l’avait alors sorti du marché boursier où ses fondateurs l’avaient fait coter.

Depuis plusieurs mois le marché bruissait de rumeurs concernant la vente de Getty Images. On parlait d’un prix de 4 milliards de dollars. C’est finalement à un prix inférieur, 3,3 milliards de dollars, que l’affaire s’est faite.

Avec plus d’un milliard de chiffre d’affaires, chiffre approximatif car l’entreprise n’en communique aucun depuis sa sortie de la bourse, Getty Images est néanmoins incontestablement le leader mondial du marché. Mais, Hellman & Friedman auraient été déçus par la rentabilité de Getty Images…

Fondée en 1995 par Mark Getty et Jonathan Klein, Getty Images s’est rapidement imposé sur le marché en rachetant plusieurs fonds d’archives photographiques importants.  En 1998, Getty Images commence par Tony Stone, une des premières banques de photos à diffuser des CD-Rom d’images à prix cassés. Ce n’est que la première marche, il y en aura beaucoup d’autres dont la reprise du fonds Hulton qui compte 80 millions de clichés argentiques !
La croissance de Getty Images est spectaculaire, bien que très difficile à quantifier en raison d’une politique de communication extrêmement rigoureuse. Pas un mot à la presse d’aucun responsable sans un contrôle strict !
Toutefois, selon Jeff Guilbault, directeur de Getty Images en France:

« En 2005, nous avions  200 000 clients qui nous ont acheté 1.3 millions de photos et en 2010, ce sont 1,3 millions de clients qui ont acquis 23 millions d’images. »

Ces chiffres illustrent parfaitement l’énorme développement du marché de la photographie : explosion du nombre de supports et baisse des prix de vente ! Aujourd’hui, le marché de la photographie est un marché de masse. En avril dernier, Jeff Guilbault m’expliquait lors d’un entretien, qu’il négociait avec un groupe de presse français la fourniture de 10 000 photos par mois !
Selon l’Agence France Presse, concernée au premier chef puisqu’elle est représentée par Getty Images notamment aux USA, cette opération devrait permettre un développement de  l’agence en Afrique, en Asie et en Amérique latine où elle est peu présente.  Selon une source non identifiée citée par l’AFP, l’arrivée de Carlyle Group à la tête de Getty Images ne devrait pas entraîner de licenciements parmi les 1800 salariés, dont 200 photographes. Toutefois cette déclaration rassurante ne doit pas être prise pour argent comptant.

« Carlyle Group ? Ce sont de notoires rapaces, style Pentagone ! » s’exclame le patron d’une agence de presse.  « On peut dire que le marché de la photo change d’échelle et de type de  financiers… »

Il faut en effet savoir que Carlyle Group est l’un des plus grands cabinets de capital-investissement dans le monde avec plus de 13 milliards de dollars de fonds. Cette année, il a réalisé des pertes mais a investi plus que jamais et tout azimut, des fournitures pour l’armée américaine, aux entreprises de télécommunications et de l’espace….

Carlyle a pour cela dans son équipe des poids lourds du monde des affaires et de la politique, comme l’ancien secrétaire d’Etat James Baker III, sans oublier l’ancien président George Bush et l’ancien Premier ministre britannique John Major…

Le directeur de Carlyle Group n’est autre que l’ancien secrétaire de la défense et de la CIA, Frank Carlucci. Un homme suspecté d’avoir joué un rôle non négligeable dans l’arrivée de Mobutu au pouvoir dans l’ex-Congo belge. Que l’on retrouve ambassadeur en Tanzanie, au Brésil et au Portugal au moment de la « Révolution des œillets » en 1974. Du beau monde et des gens qui ne connaissent peut-être pas bien la photographie, mais qui sont experts en manipulation de l’information.

 

Michel Puech

Rectificatif du 17/08/2012: La fine équipe que j’évoque en conclusion de ce billet ne dirige plus The Carlyte Group comme le préccise la société sur son site.

 

Liens à suivre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.