« Une, deux, dix, cent…rues Pierre Overney en France! »

A l'oeil est gratuit dans le Club Mediapart, ça ne vous empêche pas de vous abonnez au journal !

En février dernier, sous le titre « 40 ans après, Pierre Overney » je rapportais le récit de l’assassinat de ce jeune militant, les prises de vue qu’en fit Christophe Schimmel et la cérémonie au cimetière du Père Lachaise à Paris.  Aujourd’hui ses anciens camarades lancent un appel.

A l’initiative de Sadok Ben Mabrouk, Robert Linhart,  Jean-Paul Sergent et quelques autres, anciens « cadres » de la Gauche Prolétarienne, une organisation post-soixante-huit d’obédience maoïste un appel est lancé : « Une, dix, cent… rues Pierre Overney en France ! »

Sous l’impulsion d’un maire progressiste  aujourd’hui au FRONT de GAUCHE, François AUTAIN –  à qui, au nom de “PIERROT”, hommage doit être ici rendu –  une première commune l’a fait, BOUGUENAIS, dans la banlieue de Nantes (où surgit, à Sud Aviation, devenue SNIAS, EADS, Airbus industrie…)  la première occupation d’usine de mai 1968)…
PARIS peut le faire!  BOULOGNE (Billancourt) doit le faire. NANTERRE peut le faire BOBIGNY peut le faire…MARSEILLE, TOULOUSE aussi LIEVIN… Demain, Hénin-Beaumont…

Par ce baptême d’une rue,  montrant qu’on N’EFFACE PAS LES TRACES de nos “ANNEES DE BRAISE”,  nous rappellerons que le COMBAT SOCIAL, lutte de LIBERATION de toute la société, EST ET RESTE une VRAIE GUERRE – EXIGEANT, dans l’ ESPRIT DE “SERVIR LE PEUPLE”, LE PLUS HAUT NIVEAU  D’ENGAGEMENT, de SACRIFICE!
(Lire le texte intégral)

Pour dire la vérité, à la réception du texte, je me suis tout d’abord interrogé.  Etait-ce un canular ?  Le mouvement de mai 68 n’a pas manqué d’initiatives farfelues n’ambitionnant comme débouché politique qu’une franche rigolade…  

Mais, peu après ce fameux mois de mai, les groupuscules gauchistes, de toutes tendances, ont opéré une radicalisation idéologique. La Gauche Prolétarienne dont les cadres venaient, soit de l’ex Union des jeunesses communistes marxistes léninistes (UJCML),  soit du mouvement du 22 mars anarcho-libertaire, s’est transformé en une organisation  rigide et pour parler comme à l’époque « bien stalinienne » !
Ainsi donc, quarante ans après, une poignée de camarades, de « copains » semble vouloir ressortir les  pompes des rituels communistes : donner le nom des rues et des places à nos martyrs !

L’origine ? la commune de Bouguenais, proche de la ville de Nantes, a inauguré sa rue Pierre Overney.  Une, deux, trois…. Et voilà des occasions de banquets qui se profilent à l’horizon !
Le petit timonier français, Benny Levy alias Pierre Victor et grand talmudiste étant en rendez-vous avec l’Eternel, j’imagine que les futurs banquets se tiendront sous une photographie de grand format du  guide,  bordée de crêpe noir. Après avoir retenu sa  place dans un autocar, chacun sera  le bienvenu avec ses décorations conquises dans les luttes.  J’entends déjà le cliquetis des médailles. A la fin, le souvenir un peu chahuté par le picrate local, les camarades (mamy et papy) feront des  photos de « famille » sous la plaque portant le nom d’un jeune mec qui n’a rien demandé à personne.
Je badine. Je badine, et l’on pourrait se méprendre.
La mort de Pierre Overney a été un drame, aujourd’hui mal connu. C’était la raison de mon billet de février dernier. Son assassinat m’a scandalisé, et sa frimousse fait partie de la cohorte de mes amis trop tôt disparus. Je ne l’oublie pas ! De là, à honorer sa mémoire en collant son nom à des coins de rue sur lesquels pissent tous les chiens du Front national, je n’en vois vraiment pas l’intérêt.

Michel Puech

Autres articles concernant la Gauche Prolétarienne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.