Abaca press déménage… chez Gamma !

Abaca-Gamma-Rapho ? (c) Michel Baret / Rapho
Abaca-Gamma-Rapho ? (c) Michel Baret / Rapho

A l'oeil est gratuit dans le Club Mediapart, ça ne vous empêche pas de vous abonnez au journal ! Le 104 Boulevard Arago à Paris, à coté de Montparnasse est connu , depuis trente ans, du monde du photojournalisme comme étant une adresse emblématique de Gamma. A partir du 1er novembre prochain ce sera aussi l’adresse de l’agence Abaca press.

« Je confirme que nous déménageons dans les locaux de Gamma-Rapho à la fin du mois d’octobre et que nous occuperons les 300 m2 du rez-de-chaussée. » déclare depuis New York Jean-Michel Psaïla, Pdg de l’agence de presse Abaca dont le siège était 24 rue Baron dans le nord de Paris.

« C’est une simple opération de sous-location. » déclare de Madagascar François Lochon le propriétaire de Gamma-Rapho et le co-propriétaire de l’immeuble du boulevard Arago, qui ajoute, dans son style inimitable : « On partagera les chiottes et la machine à café ! » Et Rapho-Gamma sera installé au sous-sol. « C’est la place normal des archives » commente Jean-Michel Psaïla.

En pleine opération de « recapitalisation », le président d’Abaca ne voit pas les choses aussi abruptement: « Bruno Cassajus, directeur de l’agence et moi, nous pensons que sur le marché français il y a des synergies commerciales et éditoriales à explorer avec la société Gamma-Rapho. François Lochon avait des locaux surdimensionnés pour sa structure et nous a proposé de venir les partager. »

« Par ailleurs, nous avons les mêmes idées de développement que lorsque nous voulions acquérir ensemble le groupe Eyedea. Nous sommes trés complémentaires et nous avons toujours pensé qu’il y avait du sens à travailler ensemble. Nous commençons par nous regrouper géographiquement et, ensuite nous essayerons si possible, de développer certaines axes de travail ensemble. A Abaca, nous ne sommes pas pressés. Nous sommes indépendants et heureux de vivre comme ça. »

Bref retour en arrière : en mars 2010 alors que l’ensemble du Groupe Eyedea comprenant les agences Gamma, Rapho, Keystone-France, Top, Hoa-Qui, Jacana , Explorer, Stills, Reporters Associés et d’autres fonds étaient en dépôt de bilan, quatre repreneurs s’étaient présenté : la Financière Bigard , Verdoso Media, François Lochon associé à Bertrand Eveno, ancien directeur de Hachette Filipacchi Photos ; et, le quatrième : l’agence Abaca. La veille de la présentation des projets de reprise aux photographes et aux salariés, Bertrand Eveno avait « laché » François Lochon pour s’allier avec Abaca. Lochon voulait être le seul patron. En finale, le 6 avril 2010, il avait convaincu dans un véritable coup de poker, le tribunal de Paris de lui confier les dizaines de millions de photographies de ces fonds historiques. Gamma-Rapho était née et s’installa 104 boulevard Arago.

Abaca, une agence sans fonds argentiques

L’agence Abaca, fondée en 1995 à vendu ses locaux dans le nord de Paris pour se recapitaliser mais selon son président Jean-Michel Psaila le « bilan 2010/2011 (de juin à juin) est extrêmement intéressant. Nous avons gagné de l’argent en réalisant le même chiffre d’affaire qu’en 2009. »

Et aux Etats-Unis ?

« Abaca USA appartient à 50/50 à Abaca press et à Press association (L’équivalent de l’AFP pour l’UK avec 2000 salariés). Depuis mon arrivée a New York il y a 6 mois, le chiffre d’affaire a augmenté de 40%, et c’est une structure de production qui a un bel avenir. Nous allons également nos installé dans d’autres locaux à New York »

Quels sont vos objectifs en termes de chiffres d’affaire, d’accords commerciaux et de couverture de l’info ?

« Comme je le disais, les chiffres progressent et nous devrions atteindre 10 ME dans les 3 prochaines années mais nous ne sommes pas obnubilés par le chiffre d’affaire mais plutôt par la marge. Nous sommes leaders sur le marché des agences magazines et nous avons le plus gros staff de photographes salariés. »

« Abaca est une rédaction de photojournalistes qui n’a pas besoin de redistribuer des agences télégraphiques pour exister. Nous avons été les premiers à envoyer un photographe lors du Tsunami au Japon. Avec l’AFP nous étions déjà les premiers à montrer les bombardements à Bagdad… »

« Abaca couvre la politique depuis 10 ans chaque jour et fait partie en France des 3 agences du comité de liaison ( Abaca, Sipa, Réa). Aux Etats-Unis, Olivier Douliery est le seul photographe français a faire partie des 8 photographes du pool de la Maison Blanche. Et, Ammar Abd Rabbo et Etienne de Malglaive ont couvert la guerre en Lybie ! »

« Nous demandons à nos photographe d’être polyvalents, ce qu’ils font merveilleusement. Ce sont pour beaucoup, dont moi-même, des fils ou filles de Sipa et ils ont été à la bonne école de Göksin Sipahioglu….. »

Sur le papier, installer une agence de news dans les même locaux qu’une société de diffusion d’archives semble une excellente idée. Reste des inconnues : la cohabitation de patrons et d’équipes aux caractères très différents…

Michel Puech

ABACA PRESS

Président Jean-Michel Psaïla, directeur Bruno Cassajus, coordinateur Olivier Orban

Staff Paris: Mousse, Nicolas Gouhier, Christophe Guibbaud, Giancarlo Gorassini, Patrick Bernard, Nicolas Briquet, Nicolas Kis derdei, Jeremy Charriau, Ammar Abd Rabbo (Ex Sipa)

Freelances réguliers: Axelle de Russé, Jean Luc Luyssen, Fourmy, Stephane Lemouton, Eric Vandeville ( basé à Rome).

Staff New York: Charles Guerin, Lionel Hahn, Mehdi Taamalah , Olivier Douliery, Elizabeth Pantaleo, Morgan dessales

Freelances réguliers : Denis Van Tine, Joe Marino, Andrew Kelly et Eric Vandeville basé à Rome.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.